samedi 2 mai 2015

François Béranger… l'esprit de mai (2/2)

©GéBé


























"Parfois dans la radio j'entends ma drôle de voix…" et dans le cinéma aussi. François Béranger est (dans) l'An 01 (1), le film de GéBé réalisé en 1973 par Jacques Doillon. Les dessins de GéBé (2) se sont animés au réel. Au réel du pas si lointain mai 68. Pour cette deuxième émission de "Là-bas si j'y suis" les auditeurs et Mermet revisitent les "Tranche(s) de vie" de Béranger.

Pas mal d'entendre François rappeler ses nombreux soutiens à Libération d'avant (3). Le pied de nez définitif du chanteur réside sans doute dans l'adresse à laquelle aujourd'hui ce journal continue d'officier. "Rue Béranger"…

Il est succulent d'entendre le commentaire de Béranger sur le changement, celui de 81. Il aurait été désespéré de voir les pantomimes des socialistes quelques jours avant l'élection de Hollande où le "changement" se mimait par des gestes pathétiques.

Dans la désannonce de la première émission, Daniel Mermet cite Jean Morzadec. En 1977, Morzadec est l'assistant de Claude Villers (surnommé "Béranger" par les techniciens de France Inter par exemple car dès que l’occasion se présentait il passait les chansons de l’enfant de Saint Martin…). De 1999 à 2006, il dirige les programmes de France Inter. Il est allé à l’enterrement de François Béranger en 2003, au côté notamment du guitariste Jean-Pierre Alarcen, avant d’assister en direct à l’émission-hommage de Daniel Mermet. 

(1) Et avec lui Romain Bouteille, Cabu, Cavanna, Professeur Choron, Coluche, Depardieu, Gotlib, Higelin, Jugnot, Miou-Miou,… "Tous ensemble, tous ensemble",
(2) Édité chez Folio, et mieux encore à L'association (voir commentaire ci-dessous),
(3) Période 1973-1981 avant le "putch" de Serge July,

1 commentaire:

  1. Christian Rosset2 mai 2015 à 15:01

    Faut surtout lire "L'An 01" de Gébé dans sa réédition impeccable à L'Association (la dernière édition offre le DVD du film qui ne me semble pas vieillir si ben que ça, mais qui garde son charme - grâce notamment aux séquences réalisées par Alain Resnais et Jean Rouch).

    RépondreSupprimer