vendredi 30 août 2019

Un p'tit chien, des bons-points, un absent… font la rentrée de Radio France !

Mettez un petit chien, genre caniche blanc moche, sur une piste de cirque. Il va se pavaner, faire le beau. Se montrer ridicule. En rajouter. Etre encore plus ridicule. La posture absolue du cabot. C'est celle qu'a choisi Daniel Morin (amuseur triste de France Inter) pour animer, avec la lourdeur d'un éléphant et une bonne dose de vulgarité, la conférence de presse de rentrée de Radio France. Il a fallu beaucoup de constance à Nathalie Piolé (Banzzaï, France Musique) pour co-animer l'affaire. Qui à Radio France a bien pu faire jouer à ce duo improbable une partition aussi pathétique et absolument inutile ? Sauf à surjouer la rengaine d'Inter qui fait tout pour revendiquer être la radio de l'humour ! Ici à la pointe de la désolation.



L'exercice annuel auquel s'oblige Radio France ne sert plus à promouvoir les nouveaux programmes des sept chaînes du groupe public de radiodiffusion tant la plupart ont été publiés sur les pages web dédiées de plusieurs chaînes dès la semaine dernière. Grand messe de com' alors où, chacune et chacun des directeurs, vont, à leur tour, nous asséner chiffres, satisfecits et autres congratulations qui chacun confère à déclarer Radio France comme le meilleur… en tout.

Sibyle Veil, Pédégère, ouvrait le "bal" et au lieu de jouer son rôle de "superviseur" se lança avec moult détails pour présenter plusieurs pistes de développement attendues pour que Radio France peaufine sa mutation. Son discours aurait pu/du être prononcé par le directeur/directrice générale mais il n'y en a plus. Au lieu de quoi la Pédégère aurait du, à la place qu'elle occupe, redire pourquoi ses choix budgétaires imposent une réduction d'effectifs (entre 270 et 390 emplois) et comment le numérique ("nous pensons le numérique comme nous pensons une antenne, un véritable média") est l'opportun rideau de fumée pour tenter de faire avaler la couleuvre aux salariés. Veil a préféré avancer des chiffres et des "miyons" et dérouler un programme qui tenait plus d'un inventaire que d'une synthèse mais sans la poésie de Prévert et surtout sans son raton-laveur (1).

Dana Hastier, jeune recrue, invitée à diriger l'éditorial des sept chaînes, a sans ses notes, montré quelques convictions pour poursuivre les missions de service public tout en assénant quelques évidences de circonstance. Il faut qu'elle trouve sa place dans cette maison où l'armée mexicaine de cadres co-dirige… tout.



Puis ce fut les pantomimes des responsables des sept chaînes. Florilège ! France Bleu "viendra en direct dans nos cuisines" (sic) !!!! France Inter "un endroit où on fait société c'est France Inter". Société, pas moins, pérore Bloch. Où l'on apprend qu'il y a un deuxième vaisseau amiral à Radio France : France Info et que la chaîne radio va collaborer avec la chaîne TV du même nom (canal 27 de la TNT). On se pince grave ! Il aura fallu trois ans pour que la création du fait du prince (Hollande) accouche du plus grand bon sens. Faut croire donc que pendant trois ans il en a manqué (de bon sens).

France Culture et Treiner sa directrice-comptable nous apprend qu'Emmanuel Laurentin (ex "La fabrique de l'histoire", 1999-2019) "renoue avec le journalisme" (sic) (2). Il a fait quoi pendant vingt ans ? Animateur de plage (radiophonique) ? Fip et Ravache roucoulent et n'en finissent pas de roucouler pour D'jack Dorsey (le taulier de Twitter), se réjouissent du DAB+ mais ignorent ou enterrent - c'est selon - les trois régionales Bordeaux, Nantes, Strasbourg. Ambiance ! Les animatrices concernées apprécieront… (3) France Musique, roucoule aigüe sur Lodéon (Frédéric) et son Carrefour (qui passe en hebdo) et s'auto-satisfait de façon sur-aigüe sur ses programmes… classiques ! Mouv' et Laforestrie ferment le bal et annoncent plein de nouveautés pour leur rentrée le… 2 septembre !

Un grand absent sur scène. Le "vrai" (sic) directeur général de la Maison : Laurent Frisch, directeur du numérique et de la production. C'est lui qui est aux manettes, lui qui influe sur l'éditorial, lui qui influe sur les budgets, lui qui influe sur la mue radicale. Dans l'ombre aujourd'hui et très vite en pleine lumière demain… si vous le voulez bien !

(1) La nouvelle application permettra de créer pour chacun des auditeurs un compte personnel :"chacun chez soi/chacun ses choix" !!!
(2) Sa nouvelle émission "Le temps du débat", 1!h20-19h, du lundi au vendredi,
(3) En plus des 8 web-radios création prochaine de… playlists d'ambiance. On retiendra le mot "ambiance"…

lundi 26 août 2019

100%

J'ai failli, pour me calquer sur la rentrée des radios, faire la mienne ce matin ! C'était une mauvaise idée… Que les radios privées décident de casser le mois d'août et les vacances des aoûtiens pour se dépêcher d'engranger des recettes publicitaires ça les regarde. Que les radios publiques suivent comme des petits chiens c'est pathétique. Je reprendrai mes billets du lundi… lundi prochain.



Les médias privés qui vivent de la pub (et les autres donc) ont besoin de garantir à leurs annonceurs un "retour" massif de leurs auditeurs habituels et ceux alléchés par de nouvelles voix, de nouvelles émission, une nouvelle grille… géniale ! Alors pourquoi attendre le 26 août et pas démarrer le 15 ou même le premier ? Ces mêmes médias savent bien que les habitudes d'une vie quotidienne sont cassées par le fait des vacances et surtout que les meilleurs temps d'écoute qui correspondent au temps passé en voiture pour se rendre et rentrer du travail ont fondu comme neige au soleil en juillet et en août !

Alors peu importe pour la radio publique, qui autrefois se calait sur la "rentrée des classes", d'être suiviste et d'imaginer que les auditeurs absolument avides de découverte iraient jeter leurs oreilles à la concurrence si elle n'était pas présente à la même date de "rentrée". Elle aussi, après avoir proposé des grilles d'été, insipides et bien calquées sur les grilles d'hiver, se range dans le mouvement général et affirme par là son absence de distinction qui était encore, il n'  ya pas si longtemps un de ses marqueurs !

Las, demain je ne suivrai pas, in situ à la Maison de la radio (ou sur Internet), la conférence de presse de rentrée (1) que j'ai suivi fidèlement depuis 2011. J'y serai dans l'impossibilité physique. Je regarderai ça mercredi ou jeudi ! Mais d'ores et déjà je peux vous annoncer un scoop ! Sibyle Veil, pédégère de Radio France, devrait révéler le nouveau slogan du groupe public : "100% de nos auditeurs écoutent Radio France !"…

(1) Les responsables des chaînes ont la plupart dévoilé leurs nouveaux programme sur le web… et sur le site de Radio France…

vendredi 23 août 2019

Retour de plages, 40. Quel théâtre, mais quel théâtre !

Pour terminer cette série d'été qui a essayé de naviguer entre quelques archives radiophoniques et les "Retour de plage" de Laurent Valero et Thierry Jousse sur France Musique, une expérience théâtrale au village… Avant que le théâtre du quotidien radiophonique public ne nous pousse à assister cette nouvelle saison à quelques tragédies… irrémédiables. On en reparle lundi !





Le "Retour de plage" d'hier, le dernier épisode sur Marvin Gaye sera peut-être publié ici l'été prochain ? Merci à Laurent Valero et Thierry Jousse pour leurs merveilleuses plages…



Et puis ça tiens… en prime !

jeudi 22 août 2019

Retour de plages, 39. La mémoire des îles… (Celle des souris)

Enez Logodenn. L'île aux souris. Dans la petite mer (Mor bihan, 56) et son golfe. Yves Aumont a produit cette émission d'une série de quatre du "Pays d'ici"… en 1989 (1). Il faut bien connaître la mer et… les îles pour imaginer les descriptions que fait le propriétaire qui quelquefois parle d'évidence quand un auditeur de Gap ou une auditrice de Mulhouse ne visualiseront pas facilement les paysages évoqués. Reste à chacun à tenter l'aventure de découvrir les îles du golfe du Morbihan.
















(1) À la réalisation toujours très didactique de François Teste (bon, Etienne Daho OK, mais 20" suffisaient, et bcp (trop) d'illustrations musicales comme autant de pléonasmes)



Le "Retour de plage" d'hier…
À demain 18h…

mercredi 21 août 2019

Retour de plages, 38. La légende de la mère Bijou… (et de Giono)

Pour faire traîner l'été, il est bon d'appeler Giono à la rescousse… Le conteur, le poète, le romancier, l'écrivain, le Provençal de Manosque (04), l'Écossais refoulé, l'amoureux des lettres à écrire et des mots à dire… Vous auriez du, tant qu'il était disponible chez Phonurgia nova, acquérir le coffret des 25 entretiens qu'il donna à Marguerite Taos en 1955… et diffusés sur la chaîne parisienne ! (entre le 6 janvier et le 30 juin, chaque jeudi entre 20h50 et 21h10).

Centre Giono à Manosque…





Le "Retour de plage" d'hier… Charme absolu ! 

À demain 18h;

mardi 20 août 2019

Retour de plages, 37. L'art radiophonique : une pure éloquence d'oreilles…

"Je considère la radio comme une pure éloquence d'oreille". Ainsi parlait André Obey, romancier. Et Obey de poursuivre avec un florilège de qualificatifs qui font rêver… De l'art radiophonique ! "Armée de techniciens, de metteurs en ondes, de poètes de la radiophonie. un bonheur d'entrer dans ce monde féérique avec de pareils anges gardiens…"





Le "Retour de plage" d'hier…

À demain 18h…

lundi 19 août 2019

Retour de plages, 36. Janine Marc-Pezet et Jacques Canetti…

Janine Marc-Pezet, documentaliste à l'Ina et pour Radio France a co-produit, pendant sa longue carrière, des émissions avec différents producteurs. Pour ces "Mémoires du siècle" elle a endossé l'habit de producteur et a eu le plaisir d'interviewer Jacques Canetti qui, on l'entendra ,ne s'est pas contenté de dénicher et révéler chanteuses et chanteurs mais qui a fait une expérience radiophonique formidable avec "Radio Cité" de Marcel Bleunstein-Blanchet en devenant, avec talent et sens du rythme, directeur des programmes de cette chaîne !

Jacques Canetti





















Aux questions précises de Janine, Canetti prend le temps de longues réponses qui nous permettent un retour en arrière de presque soixante ans en arrière… et aujourd'hui presque quatre-vingt dix.



Le "Retour de plage" de vendredi dernier…

À demain 18h…

vendredi 16 août 2019

Retour de plages, 35. Jousse magistral… mystery tour.

Bon c'est bien joli que je vous balance, chaque soir à 18h, les players de cette émission modeste et géniale "Retour de plage" qui depuis le 1er juillet, enchante, du lundi au vendredi sur France Musique, l'heure du thé et plus si affinités… C'est bien joli et bien utile à notre culture musicale mais ce sont, surtout de très grands moments de radio, précieux parce que rares, subtils car c'est pas dans l'air du temps la subtilité et définitivement la quintessence de ce qui fait la radio "élaborée" : une écriture, des sources, le contexte et "le bon morceau au bon moment". L'art radiophonique je dirai ! 

Thierry Jousse





















Les compères Valero (en juillet) et Jousse (en août) continuent année après année à nous faire découvrir des "choses" qui nous sont passées à côté et même quelque fois dont nous n'avons jamais entendu parler ! En lisant leur interview vous avez compris que les duettistes sont complémentaires et j'oserai dire indissociables !

Et pourtant alors qu'ils roucoulaient au top dans Easy Tempo, des considérations financières -minables, forcément minables- les ont dissociés ! On se régale mais la régalade était encore plus rafraîchissante quand ils croisaient leurs choix respectifs ! Minable la considération financière car inviterait-on en studio la moitié des sœurs Labèque, le quart des frères Jacques, trois des Jackson 5 et deux membres seulement des Quilapayun ? Ça, ça vous parle France Musique, non ?

Les grands directeurs de programme ont inventé les duos improbables et au final… magnifiques : Clémentine Célarié/Julien Delli-Fiori (France Inter), Françoise Dolto/Jacques Pradel (France Inter), et j'en oublie (ça va revenir) ! Donc avoir séparé les duettistes est une connerie et un non-sens radiophonique !

Toute cette semaine Jousse est monté très haut au baromètre de nos frissons musicaux et de notre besoin vital de bouger… en musique. Les cinq épisodes de la semaine sont des pépites. Des standards, des découvertes et des nouveautés raccord avec le thème choisi ! Du grand art (je me répète) mais sans Jousse je n'aurai pas réécouté, grâce à son tempo d'hier, "The temptations", découvert "Sunny and the sunliners" et surtout le nouvel album de "Solange". Aussitôt écouté sur la plateforme à laquelle je suis abonné.

À la différence du nouveau directeur de la musique de Radio France, Didier Varrod, Thierry Jousse lui ne revendique pas d'avoir découvert et promu les artistes qu'il diffuse à l'antenne. Il ne monte jamais sur la table. Il fait le job avec classe et distinction. Et a l'humilité de son talent et de son érudition. Si vous lisez ce billet entre 18 et 20 heures, vous pourrez écouter live, l'hommage que le maestro rend à l'année 69 et à Woodstock en trame.

Toute la question est, Jousse (ex réalisateur de cinéma) va t-il ce soir nous composer "Once upon a time in… 69" comme son confrère Tarantino a composé "Once upon a time in Hollywood" dont l'action se situe en 69 justement !

Le "Retour de plage" d'hier… essentiel et puissant !


À lundi 18h…

jeudi 15 août 2019

Retour de plages, 34. Damia & Frehel, réalistes !

En 2016, pour fêter les 80 ans du Front Populaire, Juliette Livartowski, avait produit sur France musique, une série diffusée au mois d'août "1936, congés enchantés". Faut-il qu'il n'y ait que des commémos pour que France Musique installe durablement chaque jour ces virgules qui donnent un tempo au rythme de la chaîne quand, aujourd'hui, le cadencement est absolument sans surprise, pour ne pas dire plombé. Jean Garretto, avait le sens du rythme radiophonique. Il a d'ailleurs poussé très loin ce sens-là en inventant en janvier 1983 'Des pleins et des déliés" (1). 


Damia…





















J'ai choisi deux épisodes de cette série qui (re)mettent en avant deux chanteuses réalistes  et du sens à la chanson comme du sens à l'histoire…





(1) Jean Garretto, producteur et directeur de France Inter (1983-1988), inventeur avec Pierre Codou de "L'oreille en coin" et de Fip en 1971. Le principe des ^pleins et des déliés consistait a casser le cadre formelle de l'heure et de proposer les après-midi (13h30-19h), des émissions de 10', de 20, de 30. Le tout savamment mêlé !

Le "Retour de plage" tout blues, d'hier…

À demain 18h…

mercredi 14 août 2019

Retour de plages, 33. Le pouvoir et la musique… pouvoir de la musique !

Alors qu'il y a 50 ans la musique allait, à Woodstock (E.U., montrer son pouvoir sur la jeunesse et sur le monde, Philippe Garbit a eu la bonne idée de rediffuser dans les "Nuits de France Culture" deux émissions sur le pouvoir et la musique ! Deux longues émissions de 2h30 chacune. Et oui la norme de "l'heure juste" n'avait pas encore frappé !

Quilapayun
















Petit pincement au cœur à entendre l'indicatif de la première émission, au piano, "El pueblo unido jamás será vencido" de Sergio Ortega du groupe chilien Quilapayun… C'est lui aussi qui créa l'hymne «Venceremos», qui, en 1970 escorta la campagne électorale d'Allende, futur Président du Chili… (1970-1973).





Le "Retour de plage" d'hier…


À demain 18h…

mardi 13 août 2019

Retour de plages, 32. John Ford… féru d'histoire !

Le cinéma et France Culture une longue histoire en N&B, en cinémascope et, sûrement en V.O. Avec des voix, des émissions, et une "patte". Avec un si joli titre "John Ford : 'écriture de l'histoire au miroir du cinéma", on pouvait s'attendre à chevaucher de grands espaces et des paysages à couper le souffle. Cécile Gornet, auteure de "L’écriture de l’histoire au miroir du cinéma" va développer ci-dessous sa thèse. On regrettera le ton d'Antoine Guillot qui, si ici s'intéresse au cinéma, pourrait sûrement nous parler sur le même ton de science, de bandes-dessinées ou de cuisine. Comme pour Chancel, ce sont les réponses des invités qui sont à écouter pas les questions !


On the set of "The Horse Soldiers", Constance Towers and John Wayne
with director John Ford. 
Corbis via Getty Images - Getty




















Et puis nous faire entendre plusieurs extraits de films et de leurs bandes-son en V.O. est juste pathétique car il faut une sacrée mémoire pour se souvenir des scènes évoquées ! 



Le "Retour de plage" d'hier… Thierry Jousse à son zénith…

À demain 18h…

lundi 12 août 2019

Retour de plages, 31. Décibels et Jeanne-Martine Vacher…

Jeanne-Martine Vacher, productrice à France Culture, enchantait chaque épisode de "Décibels" son émission hebdomadaire pendant treize ans. Puis ce sera "Movimento" jusqu'en juillet 2013 quand, du fait du Prince (Poivre-d'Arvor, Olivier), elle est remerciée. Et ce de la façon la plus habituelle à Radio France avec arbitraire, mépris pour la qualité de son travail et tutti et quanti. Soit, se séparer d'un producteur ou d'une productrice, sans ménagement et sans raison autre que celle fallacieuse du renouvellement de l'antenne ! De son nuage Lucien jeunesse se tape sur les cuisses chaque jour en écoutant le "Jeu d'Émile Heurault" sur France Inter qui lui, de fait, ne… renouvelle rien !

Jeanne-Martine Vacher













L'émission ci-dessous vous permettra d'aprécier le champ, très vaste de la curiosité musicale de Jeanne-Martine Vacher et de son souci de faire entendre à l'auditeur "une autre histoire de la musique" !



Le "Retour de plage" de vendredi dernier…


À demain 18h…

vendredi 9 août 2019

Retour de plages, 30. Flirtissimo…

Tiens, moi aussi je vais me lancer dans les rediffs de mon blog. En voilà une belle avec José Artur.



En 2015, l'Institut National de l'Audiovisuel (Ina) et Radio France publiaient "Flirtissimo", ou trois flirts radiophoniques de José Artur avec trois personnalités féminines (1969). José avait mis au point cette "aventure" avec Jean Garretto et Pierre Codou qui à l'époque sont les inventeurs et producteurs des radios vacances ou antennes décentralisées de France Inter, et Claude Villers son assistant qui n'a pas encore franchi le pas pour devenir le producteur d'émissions emblématiques de France Inter (1). Vous pourrez retrouver l'extrait, ici ! 

Pour la gouaille, la finesse et le "jeu" d'Artur un très bon moment "À qui ai-je l'honneur ?" sur France Inter (18h30/19h) dont l'invité mystère est… Pierre Bouteiller (1984). Le principe de l'émission : José, derrière un rideau, ne voyait pas l'invité, lui posait des questions, au début sa voix (pour l'auditeur et pour José était brouillée) puis devenait claire pour l'auditeur et José avait environ 15' pour reconnaître son invité. Qu'il reconnaissait très souvent…

Une fois découvert :
José : Vous avez un chien qui s'appelle "Artur"…
Pierre : Vous savez pourquoi ?
José : Parce qu'il est un peu fou…
Pierre : Non, il est presque aussi cabot que d'autres…

Quand la radio savait jouer et se jouer d'elle-même !




Et Agnès Varda tant qu'à faire…




(1) À plus d'un titre, Pas de panique, Marche ou rêve, Visa, Comme on fait sa nuit on se couche, Le tribunal des flagrants délires, Marchands d'histoire,… 

Le "Retour de plage" d'hier…


À lundi 18h…

jeudi 8 août 2019

Retour de plages, 29. Facteurs aux champs…

Pour qui aime les archives radiophoniques de France Culture, il est très très difficile de s'y retrouver. L'indexation y est fantaisiste, la recherche ardue et les résultats (satisfaisants) très aléatoires. Aller à Thouars je sais y aller, mais aller trouver le player disponible de l'émission "Lieux de mémoire : facteurs aux champs" rediffusée le 6 avril 2019 à 4h56, c'est impossible. Le lien vers la page dédiée est inexistant. Vous pourrez l'écouter mais pas sur cette page de blog. D'ailleurs dans les archives des "Nuits" toutes les rediffusions du 6 avril ont disparu !



Ce n'est pas très grave ! Via le podcast que j'avais enregistré, j'ai retrouvé sur le site la page du 6 avril. J'aime (pour votre confort) ajouter le player à mon billet, aujourd'hui il vous faudra faire comme "avant" ;-) D'ailleurs dans cinq ans quelqu'un pourrait faire un "Lieu de mémoire" sur les sites web de France Culture. "De l'amateurisme à une organisation fantaisiste, comment France Culture n'a jamais su gérer ses sites web!". Dans cet épisode de Jean Couturier, dès l'annonce, vous pourrez reconnaître la voix d'Irène Omélianenko, documentariste. 

Le "Retour de plage" d'hier…


À demain 18h…

mercredi 7 août 2019

Retour de plages, 28. Retour à Baumugnes, retour à Giono…

Si vous avez lu, si vous avez vu… Lu "Un de Baumugnes" de Giono, vu "Angèle" de Marcel Pagnol. Vous allez vous régaler avec cette très riche création radiophonique. Originale car qui ne copie jamais le film. Surprenante car elle interprète un récit avec des voix, des accents et des soleils. On cherche la moindre ambiance autour des paroles. On guette Baumugnes dans ses propres souvenirs de Provence. On voit Giono écrire de sa plume au Paraïs à Manosque. C'est mieux de s'y rendre la nuit dans un épais silence et de vivre deux heures avec Rellys, Andrex et quelques autres…



Et chaque mot de Giono tisse une poésie des hommes de ces temps-là, d'avant la bascule de la guerre… et d'une nouvelle société à venir.



Le "Retour de plage" du Brésilien Jousse…


À demain 18h…

mardi 6 août 2019

Retour de plages, 27. La Maison de la radio par ses architectes et ingénieurs…

Qu'il est intéressant d'entendre Henry Bernard (en 1963) l'architecte de la Maison de la radio, évoquer sa création la veille de son inauguration par Charles de Gaulle, Président de la République. J'aurais voulu avoir accès à cette archive depuis longtemps pour comprendre comment et pourquoi la Maison de la radio est ronde !



La notice de l'Ina ne précise pas si la chaîne de diffusion était France Culture, nouveau nom de la chaîne qui il ya quelques jours encore s'appelait "France III-National" ou "RTF-Promotion"…

13 décembre 1963,



Le "Retour de plage" d'hier… Jousse a réussi à tenir une semaine sans son cher Brésil…


À demain 18h…

lundi 5 août 2019

Retour de plages, 26. Vu à la TV… d'avant

Bon alors, vous cherchant une chouette d'archive pour illustrer "la douceur de vivre" (sic), je suis tombé sur la vidéo que vous allez (re)découvrir ci-dessous. Gaffe ! Préparez vos mouchoirs. C'est de la télé d'avant (Sophie) qui, il y a vingt-trois ans avait décidé d'évoquer les "100 ans de la radio" ! Voyez le genre. Faut pas rêver, vous devrez quand même vous coltiner 31'15 de roucoule pseudo-médiatique avant d'en venir au fait… 



Attention hein, c'est M'sieur Chancel, lui-même qu'est à la baguette ! La radio il en connaît un peu rayon et la TV aussi. Genre le pape de l'audiovisuel quoi ! Qui sait, avec une habilité hors du commun, flatter par ci ou flatter par là et de fait enfiler les perles ! Moteur !

On commence par Marconi et un petit rétro sur Radio-Cité de Marcel Bleunstein-Blanchet et un autre sur Radio-Paris (."ment, Radio-Paris ment, Radio-Paris est allemand", chantait-on pendant l'occupation contre cette radio aux mains des Allemands). Et Zappy (Max) pour Radio-Luxembourg et la création d'Europe 1 (1955). Et Gérard Klein (une trouvaille de Roland Dhordain) quittera Inter… pour RTL ou Europe 1, c'est selon ! Jean Farran, patron de RTL, évoque "Radio barricades" en 68 (1). Et la manif' pour la survie d'NRJ ! Et où l'on parle déjà en 1996 du… DAB !

Mais le pompon est à venir avec l'intervention de Patrice Duhamel, Directeur général de Radio France. Attention, des chiffres : "En 1995 Radio France compte 13 millions d'auditeurs quotidiens". Tiens donc ! Et France Inter est juste derrière RTL. Aujourd'hui si Inter est première, Radio France réunit 14,9 millions d'auditeurs quotidiens ! À vos calculettes. En 1995 nous étions 59 280 577 français. Aujourd'hui 66 992 699. 7 millions de plus et seulement 1,9 millions de plus d'auditeurs ? Hum ! Hum ! 

ET bam ! Ça valait bien la peine que Sibyle Veil (Pédégère de Radio France) et Nicolas Demorand (anchorman de la matinale d'Inter) montent sur la table au mois de juillet dernier ! C'est surprenant que les derniers chiffres de Médiamétrie ne soient jamais mis en comparaison avec les anciens. Une preuve supplémentaire que ces chiffres sont juste des effets de com' pour flatter les tutelles (Finances, Culture) et faire roucouler à son tour la représentation nationale qui a la mémoire très très courte pour ne pas dire qu'elle n'a pas de mémoire du tout ! 

Et cerise sur le gâteau la "sentence" de Duhamel, concernant les animateurs radio : "On n'est pas obsédé par la TV à Radio France". Non, sans rire ? À s'en taper sur les cuisses. Si tu savais Patrice (et tu le sais) tout ça a bien et beaucoup changé ! Et puis pour finir Les nostalgiques de cette radio-là goûteront le ton, la voix et les postures de Macha Béranger du temps de la radio… confidences.

Merci Chancel !



(1) Le préfet de Police menaçait de couper les fréquences des voitures émettrices d'RTL et d'Europe 1 si ces deux radios privées continuaient de renseigner les étudiants (en grève) à l'écoute des transistors sur les barricades, sur les positions de la police

Le "Retour de plage" de vendredi dernier…

À demain 18h…

vendredi 2 août 2019

Retour de plages, 25. Un homme de radio Robert Arnaut…

Il y a juste six ans Robert Arnaut, un homme et une voix de radio, disparaissait. Il reste des archives de France Inter qui a rediffusé ses "Chroniques sauvages" et celle-ci, ci dessous en intégralité. Vous trouverez ici et  quelques billets qui parlent de lui et de ses créations radiophoniques.



"Le Che", 10 octobre 1987, France Inter, Réalisatrice Solange Yanowska,



Le "Retour de plage" d'hier…


À lundi, 18h…

jeudi 1 août 2019

Retour de plages, 24. Boby oh Boby (Lapointe)…

C'est vraiment le jour J. On dirait que les valises sont sur le toit de la 404 Peugeot, que le soleil est absolument bleu, que le ciel est jaune d'or, que les papillons papillonnent et que ça se trouve Chaumelle n'est jamais allé à Pezenas. On y file avec Jacques Erwan et Jacques Bens et la complète de Boby à chanter à s'en égosiller le poitrail (sic). Moteur…



De quoi nous enchanter avant d'arriver en Aragon et… Castille !





Le "Retour de plage" d'hier… que de good vibs, très très bien arrangées !


À demain 18h…