vendredi 24 mai 2013

Je me souviens de France Inter…

Je me souviens que j'aurais bien aimé me baigner "Deux fois dans le même fleuve" avec Claude Dominique et que Daniel Mermet n'arrêtait pas de me répéter, va voir "Là-bas si j'y suis", alors que, bien timide, je l'attendais encore "Dans la ville de Paramaribo" où il y a une rue qui monte et qui ne descend jamais. Et puis, je me souviens qu'au début des années 90, il n'était pas si facile que ça de passer d'Inter à Culture…

Je me souviens d'essayer de suivre le conseil de Brigitte Vincent "On efface tout et on recommence", et d'avoir fait tourner en boucle "Hey nineteen" de Steely Dan bien avant que Jean-Luc Hees ne l'"use" jusqu'à la corde pour l'indicatif de "Synergie". Je me souviens qu'en 1990, Kriss avait fait un pas de côté. Je me souviens de "L'oreille cassée" (1) de Jean Garretto et Pierre Codou après vingt deux ans de "L'Oreille en coin".

Je me souviens n'avoir jamais dit "Allo Macha…" mais me demandais si, sur son casque, elle gardait son chapeau fétiche. Je me souviens butiner en soirée un peu de "Pollen", un peu de "Lenoir" et qu'"À l'heure du pop" je m'endormais. Je me souviens que Jacques Santamaria a installé son "Zinzin", que Robert Arnaut avait la "Chronique sauvage", Olivier Nanteau l'"Euréka" spontané et Paula Jacques, tôt le dimanche, de saupoudrer les ondes, de son "Pentimento".

Je me souviens de Roland Dhordain accompagnant ses "Enfants d'Inter", pendant que Claude Villers, meilleur "Marchand d'histoires" de tous les temps, courait les marchés de Provence, de Brive la Gaillarde ou d'Arras où il faisait bon rester pendu à ses lèvres. Quant à l'autre "Cinglé du music-hall" on était Averty. Je me souviens quand "Les choses de la nuit" s'approchaient et que, déjà endormi, je rêvais…

Je me souviens des "Guetteurs" (du siècle) de Chancel et, jour après jour, "Les Jours" (du siècle) de Patrick Gélinet, Fabienne Chauvières "Sur un petit nuage" et la Kriss descendue du sien, pour nous faire son "Dimanche en roue libre". Libre Kriss qui n'a jamais fait la roue, mais qui, de concert avec Claude Dominique, aurait pu effeuiller "Les pages rousses du petit Larose". Et, Noëlle Breham, au bord du bassin du jardin du Luxembourg, s'évertuant à crier "Maman les petits bateaux" peut-être pour ne pas voir s'envoler l'enfance.

Je me souviens en coulisse de Janine Marc-Pezet et de ses archives. Je me souviens de Robert Arnaut et de ses "Histoires possibles et impossibles"… impossibles à oublier, comme les contes de Gérard Sire il y a de ça plusieurs années. Je me souviens d'avoir un peu insisté, et Claude Dominique de me répéter "Dans un an et un slow" (2).

En italique les titres des émissions de France Inter.

(1) Titre de l'article de Libération,
(2) Une série en 40 épisodes des Ateliers de Création Radiophonique Décentralisés, diffusés sur France Bleu en 1995,

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire