vendredi 2 novembre 2012

La nuit se démarque…






À bien écouter Aurélie Charon (1) j'ai compris que les programmes de 23h sur France Culture s'appellent "Les Ateliers de la nuit". J'espère qu'Aurélie appréciera que j'écoute attentivement ses annonces dont nous devions parler dans un interview qui pour l'instant n'a pas eu lieu. À bien échanger avec Irène Omélianenko (2) nous avons fini par conclure que ce joli titre méritait plus de "visibilité" et d'audition, tant il est absolument fédérateur des cinq ateliers qui ponctuent les journées de la chaîne.

"Les Ateliers de la nuit" c'est une promesse comme l'étaient "Les nuits magnétiques", "Clair de nuit", "Surpris par la nuit" "Les Passagers de la nuit" qui nous transportaient au-delà de la nuit, au-delà du réel, au-delà du temps présent de la nuit-même. Surprenant comme à la radio il faille "marquer" du mot "nuit" une émission qui se déroule bien après que le jour soit tombé. Comme si c'était un gage supplémentaire, d'intimité, de recueillement, de silences assumés et de volupté. Ajoutons à cela "les voix de la nuit" et l'affaire est faite (3) : Dhordain, Foulquier, Villers, Aschero, dont les noms d'émissions vont suivre.

Il y a eu de "grandes" devancières à ces émissions de France Culture la nuit. En leur temps elles marquaient la nouveauté d'émettre au-delà de minuit et de toucher un public particulier de routiers, d'insomniaques, de gardiens, de concierges, de boulangers ou de ceux qui avaient besoin qu'on leur parle la nuit ! Il y a le ton "Ne vous endormez pas" : Route de nuit (1955-1973), Studio de nuit (1966), Les choses de la nuit (1976), Comme on fait sa nuit on se couche (1978), ces quatre parmi tant d'autres sur France Inter… Et le ton "Je vais vous emmener doucement au sommeil" : "Les nuits du bout du monde" (1950 puis 1964) de Stéphane Pizzela, conteur parmi les conteurs… et… et…  je compte sur vous, mes chers auditeurs, pour me proposer d'autres titres d'émissions qui ont bercé vos nuits.

Alors puisque la nuit se marque et se démarque, j'espère que "Les Ateliers de la nuit" s'écriront bientôt en toutes lettres dans les programmes de France Culture…

(1) Productrice à France Culture,
(2) Productrice à France Culture, chargée du documentaire et de la création radiophonique,
(3) Guy Senaux, ingénieur du son à Radio France, aujourd'hui à la retraite, me faisait remarquer que telle journaliste n'avait pas du tout une voix du matin !

51 commentaires:

  1. Il y avait aussi la voix de Madeleine Constant le dimanche soir sur Inter que j'aimais beaucoup (et le générique et la programmation musicale de son émission), c'était vers 1970 je pense, j'étais encore assez jeunette...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Martine, je n'ai trouvé sur Madeleine Constant (dans mon bréviaire "les années radio") que sa participation d'"animatrice de jeu" (comprendre dire et redire des messages de pub) pour "Salut le Copains" de Daniel Filipacchi sur Europe 1 (années 60) !!! Donc pouvez-vous m'en dire un peu plus sur sa voix du soir ou de la nuit ?

      Supprimer
    2. Décédée en 1996 des suites d'un cancer. J'était une fan de ses émission, la première me souvient pas du titre, puis la seconde et dernière Aujourd'hui c'est deja demain, avec la fameuse et triste histoire de cette Marilyn dont elle lisait parfois des lettres, une fidèle, comme nous, qui venait d'apprendre un cancer incurable. Madeleine nous annoncera d'ailleurs sa mort une nuit à l'antenne, elle semblait l'avoir rencontrée entre temps et suivie pendant de longs mois. Puis elle a été écartée de la nouvelle grille de France Inter, a fait des interviews sur la Radio suisse romande. Et l'on n'a plus entendu parlé d'elle. En tant que fan, je l'avais rencontrée. Elle était très belle. Des yeux verts. Elle le savait. Elle était accro à l'amour, aux hommes. Ca l'a perdue

      Supprimer
  2. Madeleine Constant... Je devais avoir 12 ou 13 ans et j'étais en pension. Après le retour du dimanche soir, sinistre, et sans autre perspective que celle de la semaine interminable qui s'annonçait, la seule évasion était ce petit transistor écouté en douce sous les draps une fois les lumières du dortoir éteintes. Et la voix de Madeleine Constant, si particulière, je l'entends encore raconter "The Pedestrian" de Bradbury... Qu'est-elle devenue ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, de Madeleine Constant je n'ai retrouvé que quelques bribes d'émission :
      http://www.ina.fr/audio/PHF08003566
      tout au bout, à la minute 31.
      Cordialement
      Gilbert

      Supprimer
    2. Merci beaucoup Gilbert pour cette recherche "en fin de piste". L'émission de Madeleine Constant s'appelait donc "Si mon air vous dit quelque chose"… (à suivre)

      Supprimer
    3. Bonjour, Madeleine après France Inter a travaillé à la Radio Suisse Romande: http://www.rts.ch/archives/radio/varietes/pluie-et-le-beau-temps/4364069-sylvia-kristel.html

      Supprimer
    4. Decedée en 1996 d'un cancer

      Supprimer
  3. L'émission s'appelait " la nuit commence" avec la musique d'orange mécanique. Un soir, elle avait lu " la nuit de Tolède" de Brasillach ! A l'époque : scandale...

    RépondreSupprimer
  4. Merci cher Anonyme, n'hésitez plus, la prochaine fois signez !

    RépondreSupprimer
  5. Merci à vous tous de m'avoir permis de faire un bond de quarante ans dans mon passé et de retrouver cette animatrice que j'ai tant aimée avec sa voix tendre, sensuelle et captivante dans "la nuit commence" avec la musique envoutante d' Orange mécanique comme rappelé par l'Anonyme... Ô temps, suspends ton vol ! Madeleine, si tu nous entends ...
    Frankofparis.

    RépondreSupprimer
  6. Madeleine Constant, où êtes-vous ?

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour,
    A l'époque, j'enregistrais ses émissions sur des petites cassettes. Je les ai toujours et les écoute de temps en temps. Mauvaise qualité de son mais super qualité de bonheur dans le souvenir. Qu'est-elle devenue ?

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour cher inconnu qui voudra bien signer son commentaire !
    De quelle émission parlez-vous ?

    RépondreSupprimer
  9. "... Ma joue contre ta joue, et ma voix dans ton oreille, comme sur un coussin."... Vous souvenez-vous de ces mots prononcés chaque dimanche soir par la voix chaude et sensuelle de Madeleine Constant, et qui clôturaient le prologue de son émission d'été ?...
    Moi, je me rappelle encore. Et moi aussi, comme vous, cher inconnu qui avez laissé un petit commentaire juste au dessus, j'enregistrais ses émissions chaque fois que je le pouvais sur les bandes magnétiques de mon gros magnétophone, et je les écoutais en boucle des dizaines de fois, tellement elles me faisaient du bien...
    Je les ai conservées moi aussi, après les avoir transférées sur cassettes. Bien qu'en mono, la qualité n'est pas si mauvaise, car j'avais la chance de posséder un récepteur FM, ce qui n'était pas si courant à l'époque.
    Oui, le générique de "La nuit commence" intégrait bien le thème d'Orange Mécanique de Walter Carlos, mais il était savamment entrelacé à une interprétation vocale de la chanson de Jacques Brel : "Ce soir j'attends Madeleine...".
    Je ne ratais aucune de ses apparitions radiophoniques sur France Inter, et je les enregistrais quand je ne pouvais les écouter en direct. Moi aussi j'étais adolescent, et souvent les diffusions, du moins les plus "sulfureuses, avaient lieu tard dans la nuit... Je peux dire en quelque sorte qu'elle a contribué avec délicatesse et volupté à une part de mon éducation sentimentale.
    La dernière émission de Madeleine Constant sur France Inter fut "Aujourd'hui, c'est déjà demain". C'était en 1975 ou 76, si j'en juge par les repères de mes souvenirs, les dimanches soirs de minuit jusqu'à 1 heure du matin. Il y avait toujours plein de chansons débordant de sensualité, et des musiques ensorcelantes qui accompagnaient sa voix. Le dernier quart d'heure de l'émission, elle lisait un extrait d'un texte de la littérature érotique...
    Un triste soir, elle a annoncé que c'était la dernière, j'en ai encore des frissons aujourd'hui, si ! si !... elle a laissée entendre qu'elle ne quittait pas la radio de sa propre volonté ni de gaité de cœur... Elle a dit aussi, avec beaucoup d'émotion dans la voix, qu' "on" lui avait souvent reproché ses dérives sensuelles, et en particulier sa façon bien à elle de tutoyer l'auditeur, comme s'il était son seul et unique interlocuteur... son amant, presque...
    Enfin, je me souviens de ses derniers mots : "Je vous retrouverai bientôt dans un autre coin de ciel"...
    Silence Radio.
    Je n'ai plus jamais entendu Madeleine Constant sur aucune onde. Jamais.
    Et pourtant j'ai guetté son retour des années...
    J'ai écris à France Inter pour demander où la joindre. C'est la seule fois où ils ne m'ont pas répondu... Je leur ai également envoyé une lettre à faire suivre à Madeleine. Je ne sais s'ils l'ont transmise, car je n'ai eu aucun retour. Pourtant, à l'époque où elle était à l'antenne je lui avais déjà écris, et elle m'avait répondu personnellement d'une lettre manuscrite accompagnée d'une photo, qui m'a permis d'associer un visage à sa voix. Elle avait ajouté ces mots : "j'espère que cette photo ne brisera pas l'image que tu te fais de moi"...
    Oh non !...
    Eh bien , vous l'aurez compris, j'espère toujours retrouver un jour sa trace, car malgré l'aide du web je n'y suis pas parvenu. Je suis heureux de voir que d'autres que moi, par ici, ont des souvenirs parallèles aux miens, et qui sait, l'un de vous m'apprendra peut-être quelque chose à son sujet ?...
    Et peut-être même se manifestera-t'elle à la lecture de nos chaleureux témoignages ?...
    Madeleine, es-tu là ?...
    François

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci François pour ce long et beau témoignage ! Je vous écris + ce soir ou demain !

      Supprimer
    2. Bon alors on pourrait la voir cette photo ? Si vous dîtes OK je vous donne mon mail ! À partir de tous ces comentaires je vais publier un nouveau billet (sans doute pas avant mars). J'aurais des infos sur Madeleine dans une semaine !
      (À suivre)

      Supprimer
    3. Bonjour je suis le fils de la fille de madeleine constant ( isabelle constant) cest donc ma grand mere elle est morte en 1996 cela nous fait beaucoup rire de vous voir idoler une femme que ma mere (sa fille ) parle peu ou en mal, que en mal enfaite.... Mais bon c tres bien que elle vous est laissé de si bon souvenires

      Supprimer
    4. Elégant comme procédé. Et anonyme bien sûr...

      Supprimer
    5. Désolé d'apprendre son décès. Moi aussi j'ai longtemps cherché à retrouver sa trace, déçu que son nom n'ait pas été cité lors d'un récent anniversaire de France-Inter où l'on retrouvait des voix si familières bien que parties (Ah! Claude Villers ...)
      Je garde le souvenir ému (j'avais 18 ans) du générique, de la voix de Madeleine Constant, de sa façon de s'adresser à nous seuls, de ses lectures ...
      C'est curieux, il me semblait que le titre de l"émission était "La nuit est à vous" et pas "La nuit commence". Bon, il y a plus de quarante ans ...
      Dommage que le témoignage anonyme d'un (semble-t-il) proche vienne abîmer mes souvenirs. J'aurais préféré rester sur le mystère de sa disparition.

      Supprimer
    6. Oui, elle a été virée par le directeur de l'époque Pierre Wiehn et n'a plus jamais retrouvée de travail. A part une collabration pendant 2 ans avec la Radio suisse romande

      Supprimer
    7. Bonjour.
      J ai travaille avec Madeleine sur les Radios de Fr3.
      Grande animatrice talentueuse.
      E.Delrio.

      Supprimer
  10. C'était bien "La nuit commence" avec la musique d'Orange Mécanique en générique. Madeleine Constant n'est pas oubliée.
    Pour le soi-disant témoignage, ça n'a pas d'importance et à "lire" comme l'aurait fait Henri Jeanson.

    RépondreSupprimer
  11. Emouvant d'apprendre tout cela... Madeleine Constant, outre "La nuit commence" sur France Inter à 20h10 chaque weekend en 1974, a été téléspeakerine, d'abord aux actualités régionales Ile-de-France 1971-1972 puis sur la 1ère chaîne ORTF 1973-1974, jusqu'à la naissance de TF1. J'ai gardé tous ses articles et photos. J'aime beaucoup celle où elle pose avec Félix son petit chat noir, car elle adorait les chats ainsi que celle prise à la radio en compagnie d'Hubert et de Sheila. Je crois qu'elle était la descendante d'aristocrates. Serge.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Serge, ben envoyez-nous une photo !

      Supprimer
  12. Depuis dix ans, je prépare un musée de la speakerine, dès qu'il sera fini, promis, vous aurez toutes les photos et tout le reste... En attendant, sachez qu'elle ressemblait un peu à Nicole Croisille, qu'elle présentait les programmes avec une énorme marguerite à la tempe gauche et je me demandai à chaque fois : Nous, les téléspectateurs, nous aime-t-elle un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout ? Selon France Dimanche son véritable nom était Madeleine Constant de la Rabaudière, écuyer de la Roche-Jacquelin (écuyer étant un titre de noblesse équivalent à Duchesse), à Paris Ile-de-France, selon Télé-7-Jours, elle avait succédé à Nanette Corey partie tournait dans des séries TV, notamment avec Pierre Santini. Selon Télé Poche, avant France Inter elle avait aussi animé des "Saluts les copains". Serge

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Serge, on peut dire que vous êtes… constant !! Les sources des hebdos télé… Mef' (hormis Télérama bien sur ;-) Pour "Salut les copains" j'ai une source sûre et vivante, je vais voir ça. Tenez-nous au courant pour votre musée !

      Supprimer
    2. Vous allez être content ! J'ai retrouvé les plannings de Madeleine Constant... Que nous confirmera, peut-être, son petit-fils : - Speakerine de la région Paris Ile de France de début 1970 à sept 1972, jusqu'en 1971 en alternance avec Nanette Corey.
      - Sur Europe 1 elle co-anime avec Hubert une variété en 71 ou 72 (peut-être "Nationale 1647" à 9h30 ?)
      - Sur France Inter de 22h10 à minuit uniquement le dimanche en 1972 elle anime "La nuit commence"
      - Le 8 mars 1973 à 20h30 elle fait sa première annonce de speakerine remplaçante de la remplaçante officielle (Thérèse Liotard sur un tournage bien avant "L'une chante l'autre pas" ou "Viens chez moi j'habite chez une copine") sur la 1ere Ortf (Source : Télé ¨Poche) ses 2 dernières annonces sont entre le 2et le 5 janvier 1975 pour la fermeture de l'ORTF après le départ de Jacqueline Caurat,la nuit de Noël et de Jacqueline Huet la nuit de la St Sylvestre 1974. Elle les fait en alternance avec Evelyne Dhéliat (speakerine conservée par la nouvelle chaîne TF1) et Jacqueline Alexandre (nommée à partir du 6 responsable des speakerines d'Antenne 2 et hôtesse des soirées de prestige). D'après ma mémoire sa dernière annonce doit être le 3 janvier 75 à midi pour l'émission de Danièle Gilbert, le journal et un reportage intitulé "Pour Rosie"
      - Elle anime "La balle au bond" une émission de variété sur la 1ere chaîne en 1973
      - Sur France Inter dès 1973 et 1974 elle continue à animer "La nuit commence" cette fois de 20h10 jusqu'à minuit.
      - En 1975 c'est Claude Dufresne qui la remplace sur France Inter et on lui confie la tranche de 1h à 2h du matin pour l'émission "Aujourd'hui, c'est demain" pour les noctambules.
      A bientôt. Serge

      Supprimer
    3. Bonjour, je vais être content des infos radio car concernant la TV, hein !!! Pourriez-vous être plus précis pour "Sur France Inter dès 1973 et 1974 elle continue à animer "La nuit commence" cette fois de 20h10 jusqu'à minuit." Quel jour ?

      "En 1975 c'est Claude Dufresne qui la remplace sur France Inter" quel jour ?
      "et on lui confie la tranche de 1h à 2h du matin pour l'émission "Aujourd'hui, c'est demain" pour les noctambules." Quel jour ?

      Je connais le directeur d'Inter de l'époque P. Wiehn et vais lui demander l'historique Dufresne/Constant.

      Merci pour vos précisions et merci dorénavant d'éviter de trop détailler sa carrière TV car ça dilue le sujet et le suivi. Ici on cause que radio ! Merci aussi pour vos réponses à venir.

      Supprimer
    4. de nous ? elle s'en foutait. Comme une Mireille Dumas aujourd'hui.Elle faisait commerce de l'émotion avec un vrai talent. Je l'ai bien connue, elle ainsi que sa famille. Seules comptaient ses histoires amoureuses, comme ca transparaissait dans ses émissions

      Supprimer
  13. Bonjour à touts et à tous,
    j'arrive sur ce site porté par les moteurs de recherche ...

    Aujourd’hui à la retraite, j'ai eu aussi mes jeunes années bercées par les voix nocturnes (et surtout féminines) de France Inter, dont celles de Madeleine Constant. Je dois avoir conservé dans un coin de mon grenier, parmi des dizaines de bobines de bande magnétique, l’enregistrement de la nuit de Tolède....

    De mémoire, cela a duré 3 chaudes soirées d'été, dont une a été perturbée par les craquement de l'orage qui s'abattait sur la coté Landaise.
    Je n'ose même plus dérouler ces vestiges magnétiques car ils commencent à tomber en poussière :-(

    Cela reste de bons souvenir !!!
    Gros Minet

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Gros Minet, ;-) Si quand même vous voulez bien dépoussiérer les bandes et voulez me les confier. Je les donnerai à l'Ina qui les numérisera (si elles ne le sont pas déjà) et ils vous rendront vos originaux ! Qu'en pensez-vous ?
      Bien cordialement !

      Supprimer
    2. Pour répondre à votre question, c'est les weekends, le samedi et le dimanche que "La nuit commence" était diffusée à 20h10, en 75 c'est à ces jours et horaires que Claude Dufresne a remplacé Madeleine Constant. J'ai la grille des programmes de France Inter sur mes Télé-Poche de l'époque que j'ai conservés. Je n'ai jamais écouté ces émissions sur mon petit transistor, j'étais trop jeune. Je n'ai de souvenirs de Madeleine Constant que ses annonces de speakerine et ses photos qui, mises les unes à la suite des autres, nous donnent à lire un secret de la résistance française. Serge.

      Supprimer
    3. Bonjour Serge, et merci pour ces précisions "ultimes". Toujours est-il que grâce au 1er commentaire de Martine Sonnet le 3 novembre 2012, Madeleine a fait parler d'elle et ce n'est pas fini (opération "Grenier" en cours...)
      (À suivre... donc)

      Supprimer
    4. Bonsoir,
      Quel plaisir de lire toutes ces informations sur Madeleine et "La nuit commence" que j'attendais avec impatience. J'ai un enregistrement très imparfait et j'aimerais tant en avoir d'autres
      Alex

      Supprimer
  14. Etonnant le net. Ramener à la vie la mémoire de gens disparus et qu'on pensait oubliés...

    RépondreSupprimer
  15. Etonnant cette capacité du net à ramener à la "vie" la mémoire de ceux qu'on pensait disparus et oubliés... En ce qui me concerne, je n'ai pas oublié, Madeleine Constant avait une façon très personnelle de raconter les histoires.

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour,

    Pas de nouvelles de l'opération "Grenier" ?

    Luc

    RépondreSupprimer
  17. Bjr ;-)
    Pas du grenier mais des programmes… Je ferai peut-être un billet en juillet !

    RépondreSupprimer
  18. je l'ai bien connu cette Madeleine Constant, après avoir écouté comme vous ses émissions, surtout Aujourd'hui c'est déjà demain (musique François de Roubaix et la voix de son réalisateur par dessus, Henri Behar). Oui, elle était comme Mireille Dumas.... faisant croire qu'elle était dans l'empathie, aimait par dessus tous les gens à qui elle s'adressait, mais dans la vraie vie, c'était autre chose... Désolée de fêler votre icône qui a été aussi la mienne. Mais il ne faudrait jamais approcher ces gens qui font carrière avec l'émotion. J'ai des photos d'elle et article. J'ai bien connu sa famille. Sa fille notamment dont elle ne s'est jamais occupée. vous comprendrez que je garde l'anonymat...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca n'a plus beaucoup d'importance. Et contrairement à ses consoeurs de l'époque, le net ne renvoie d'elle quasiment aucune information, bio, photo ou autre. A croire qu'elle n'a jamais existé.

      Supprimer
  19. Vous qui étiez des fidèles de son émission, de la dernière, vous souvenez vous de ces lettres qu'elle lisait de Marilyn qui annoncait au garcon qu'elle aimait qu'elle allait mourir d'un cancer ? Vous souvenez vous quand Madeleine Constant a annoncé une nuit que Marilyn s'en était allée ? Un feuilleton qui nous avons tenu en haleine. Si triste. Merci pour vos témoignages si vous en avez gardé le souvenir

    RépondreSupprimer
  20. Madeleine Constant était une voix et un parfum... celui qu'elle portait même l'été et qu'elle rendait royal: SHALIMAR de Guerlain....
    En 1978, elle racontait à Deauville sur les ondes , tous les après midi, des histoires érotiques .
    Elle avait alors 40 ans à cette époque. Le générique de son émission était Coeur grenadine de VOULZY.
    Une petite pierre à votre édifice . bien à vous .
    Marla

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Maria, de quelles ondes s'agit-il pour 1978 à Deauville ? Quant à Shalimar, quelle mémoire olfactive ! ;-)

      Supprimer
    2. Bonsoir.
      Nous animions la radio Fr3 cote fleurie avec Liliane Saporta......
      Merveilleux souvenirs.
      J aimerai retrouver des enregistrements de series des plus belles histoores de Normandie.
      E.d elrio

      Supprimer
  21. Bonjour
    Je pense qu’il s’agissait de France Inter.
    La maire de l’époque Anne D’Ornano mettait je crois à disposition des locaux de la Mairie pour les émissions locales.
    Il y avait FR3 et France Inter.
    Pas d’internet à l’époque ...
    Madeleine, VIP jouait les Divas et habitait à la marina sur le port pour la saison.
    Elle était sûre du pouvoir qu’elle exerçait sur ses auditeurs, sa vie privée fut plus chaotique, elle ne se chargeait pas d’états d’âmes, avec le temps je pense qu’elle a bien eu raison.............

    Madeleine écrivait ses textes la nuit pour l’émission de 14 h.
    J’ai le souvenir d’une femme extrêmement professionnelle. Elle ne vivait que pour la radio.
    Quant à SHALIMAR…Le studio en gardait les effluves car .............là où elle passait.............

    Bonne journée ensoleillée
    MARLA


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marla,
      Mais hum… vous ne nous dites pas tout !!! ;-) Peut-être étiez-vous, pour une raison ou pour une autre, dans le dit-studio et avez pu suivre, pied à pied, cet été particulier. Je ne pourrai pas vérifier le nom de la station avant fin octobre. Il n'y a pas eu tant que ça d'émissions érotiques" sur France Inter… Mermet et Paula Jacques, puis Mermet tout seul deux étés consécutifs (1984 et 1985) racontait des histoires érotiques sous des prétextes… littéraires ;-)
      Merci pour le soleil et (à suivre)

      Supprimer
  22. Pour une raison certainement, mais je ne fais pas partie du sérail journalistique pour autant, quoiqu’à l’époque je m’en suis approchée....
    Quand à dire tout....
    Je me rappelle également du nom d’un journaliste Infos très pro lui aussi : M Bougros également à Deauville pour la saison pour France INTER. (1978 ou 1979)
    (Cela pourra peut-être vous aiguiller si vous faites des recherches)
    Je pense que de sa voix suave, Madeleine Constant narrait dans l’émission de 14h la vie ‘ très privée » de personnages historiques ou célèbres un peu comme EVE RUGGIERI mais en beaucoup plus glamour.........

    Si elle m'entendait............
    bonnes recherches
    MARLA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, non, ne dites rien surtout ! ;-) Je ne ferai pas de recherches. Je laisse venir. Je n'ai aucun souvenir de M.C. Mais, vous êtes comme d'autres parmi tous ces commentaires, pleine d'admiration et de secrets. La chose qui m'intrigue c'est l'horaire et l'année ! Guettez donc ce blog fin octobre car je vous y répondrai ;-)
      D'ici là bel automne !

      Supprimer
    2. Marla, regardez le commentaire de Fanforfeo de janvier 2016 :
      "La dernière émission de Madeleine Constant sur France Inter fut "Aujourd'hui, c'est déjà demain". C'était en 1975 ou 76, si j'en juge par les repères de mes souvenirs, les dimanches soirs de minuit jusqu'à 1 heure du matin. Il y avait toujours plein de chansons débordant de sensualité, et des musiques ensorcelantes qui accompagnaient sa voix. Le dernier quart d'heure de l'émission, elle lisait un extrait d'un texte de la littérature érotique..."
      Alors 75, 76 ou 78 ?

      Supprimer
  23. C'est émouvant de retrouver ici ces témoignages sur Madeleine Constant qui me rappellent mes retours en voiture sur Lille les dimanches soirs entre 1972 et juin 74. La route était souvent pluvieuse ou dans le brouillard et j'attendais le générique de "la nuit commence" avec une impatience mêlée d'appréhension. J'avais en effet réussi à obtenir son adresse, ce qui permettait à l'adolescent retardé que j'étais (comme tellement d'étudiants), de lui écrire des lettres plus personnelles, qu'un transit par la maison de la radio aurait peut-etre censuré. Et elle y répondait à l'antenne. Magie infinie de cette émission, de sa voix et de sa "féminité radiophonique". Je ne l'ai jamais rencontrée et je remercie ceux qui ont laissé ici le témoignage de son parfum, de la couleur de ses yeux. D'elle je n'avais qu'une photo dédicacée.
    Et le souvenir de "La nuit de Tolède" bien sûr.

    RépondreSupprimer