lundi 20 avril 2015

Feedback (pour de vrai)…

 © L. Lorseau



















Mes chers auditeurs, pour ceux qui me lisent depuis longtemps et qui suivent ma petite musique radiophonique vous pouvez imaginer avec quelle émotion j'ai pu aborder celui qui, dès 1978 chaque soir et pendant des années à 21h sur France Inter, a ébloui nos mornes soirées d'adolescent ou de jeunes adultes. J'ai rencontré Bernard Lenoir, puisque c'est de lui qu'il s'agit, dans une jolie station balnéaire face à l'Atlantique avec le beau et chaud soleil d'un matin d'avril. Bernard a accepté l'interview. J'ai foncé. Pas intimidé. Plus le choix. En ai rêvé depuis que je fais ce blog. Va bien falloir assurer (lol).

La simplicité du Black m'a touché. L'heure a coulé tranquillement. À la réécoute je suis ému par sa gentillesse et son humilité. Bernard m'a bien fait comprendre que revenir au micro le démangeait quand même un peu. Alors si quelques programmateurs avisés… En nous quittant on s'est promis de se revoir. Lui partait piquer une tête dans la mer. Moi j'allais prendre le train pour participer à la deuxième émission de la Sparf (7 avril).

P.S. : Pierre Lattès, cité à plusieurs reprises par Bernard Lenoir est décédé en juin 2013. L'heure de 9h que j'annonce (à la façon Fip) est en fait 21h.

Mixage Hervé Hist


Captation Guillaume Hamon

Guillaume a même noté l'annonce de Lenoir ce 4 septembre 2006 :
"Et nous voici de retour... une heure plus tard... mais de retour... restons groupés ! Et un grand merci pour tous vos mails de soutien". Lenoir passe de 21h à 22h (son ancienne heure est "occupée" par… Frédéric Lodéon)

6 commentaires:

  1. C'était donc lui ! Je suis rongée par la jalousie... Et en réentendant sa voix la plaie est à nouveau réouverte. Nous écoutions le soir avec mon cher et tendre les titres improbables de Lenoir, toute une culture musicale qui nous était étrangère mais qu'il savait mettre à notre portée. C'est ça aussi le rôle de la radio publique : donner à entendre ce qui ne s'écoute nulle part ailleurs. Faire pêter le carcan du "ça c'est pas pour moi". Lenoir reviens !!!!!!!

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cette voix – pour moi, éternellement jeune et branchée. Dans les années 90, j'avais 18-20 ans et quand j'écoutais Lenoir, je pensais écouter une émission pour "vieux" (25-35 ans), mais je trouve ça fascinant de savoir qu'il avait déjà 50 berges à l'époque (et déjà une bonne bouteille de radio aux côtés / à côté de celui que je trouvais pour le coup vraiment ringard, José Artur ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais quand j'écoutais Artur à la radio (années 60) il avait 40 piges et il décoiffait. Le Pop avec Blanc-Francard, Villers et Lenoir c'était pas ringard mais en avance. Right ? Après il a fait le job comme un seigneur dans une idée de la radio que très peu de producteurs portent aujourd'hui. Discret, solitaire il a touché et fédéré un public pop hétéroclite. Suite à ce billet il a reçu bcp de messages m'a-t-il dit. C'est la preuve qu'il est vivant à la radio et qu'il devrait y revenir pour nous entraîner dans ses chemins de traverse… et bise à l'œil.

      Supprimer
  3. Merci ! J'ai écouté Bernard et Michèle de 1987 à 2011 ! Depuis, j'ai un vrai et profond sentiment de manque. Aux anges d'avoir de ses nouvelles ! Il a l'âge d'être mon père et je n'ai jamais senti aucun décalage ! Il plutôt pour moi un grand frère.
    Pour finir la séquence émotion, un souvenir fort : le jeudi avant le second tour pour la présidentielle de 2001, la dernière chanson diffusée : le chant des partisans par Jean-Louis Murat. La classe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hey camarade du club Lenoir faudrait signer ton commentaire ! Parce qu'ici les Anonymes "on aime pas ". Tu peux nous donner la date précise plise ? ;-) C'était en 2002 !!

      Supprimer
  4. Extra !!! Moi aussi j'avais fait une interview de Bernard en 1983, quand je faisais de la radio FM en province, malheureusement je n'ai pas la bande et ça me bouffe !! Parce qu'on avait parlé de la musique punk, new wave post punk et industriel, c'était énorme ! Et ré-entendre Bernard parler, comme le dit Marie-Roy, ça ré-ouvre la plaie et ça fait monter une sacré séquence nostalgie dans mes neurones !
    Waoo, putain, c'était Feedback quand même !!! ;)

    RépondreSupprimer