dimanche 4 septembre 2016

Manège d'été… à France Musique (1/35)



Pendant deux mois, cet été 2016, Laurent Valero et Thierry Jousse, séparément, nous ont offert deux heures quotidiennes de petits bijoux musicaux. Deux heures, de dix-huit à vingt heures, qui passent, fuient et puis le vingt-six août c'est fini. Mais c'est quand même pas possible de laisser s'envoler une telle richesse dans l'éphémère. Alors, comme je l'ai fait moi-même (souvent l'émission à peine finie) je vous propose de réécouter chaque dimanche (idéal) un épisode de leur saga d'été. Juste avant de les retrouver ensemble à 18h, sur France Musique pour le nouvel "Easy tempo"…




1. Autour de "West (Jazz) Side Story"
Le voilà. il approche à pas de loup. Y'a pas quatre jours que le maître des lieux, le titulaire, que dis-je le tutélaire, Alex, (Dutilh de son nom) a quitté les lieux. A refermé l'Open, a souri de prendre congé et hop " youp la boum Prospère" a pris la poudre d'escampette comme d'autres prennent les eaux à Amélie (les Bains). Le voilà donc ce Laurent Valero qui, il y a quelques heures encore faisait dans le tempo, l'Easy Tempo même, avec son alter et son égo Thierry Jousse lui-même !

18h ont sonné, ce 4 juillet, au beffroi de Romorantin (y a-t-il un beffroi à Romorantin, Dieu seul le sait ?) et Valero solo s'installe pour deux heures au micro de ce que quelques malins ont appelé "Retour de plage". Il en va des Retours de plage comme des Retours de noce, ça chante et ça prend les chemins de traverse. Ça zigzague, ça swingue, ça chuinte et quelques fois même ça roucoule. Les malins savent qu'entre les sillons d'une galette (33 ou 45 tours) s'étalent des plages qui ne demandent qu'à tourbillonner au manège d'un été.

Ça démarre. À la cool en douceur. Faut garder la clientèle de l'Open. Pas brusquer le chaland. Moderato cantabile aurait dit Marguerite (Duras). De sa voix la plus douce Valero souffle "Something coming"… On a tiré le transat (rayé bleu), sorti le Panama de derrière les chapeaux et les glaçons du frigo. Tout baigne ! "Le ciel est bleu, la mer est verte". Valero est le roi du tissage/métissage. Il nous emporte sur ses rives. Si on ferme les yeux pas moyen de dormir. Ce serait un crime… De lèse majesté ! On savoure. On est bercé. Et on se demande inévitablement "Mais où va-t-il chercher tout ça ?"
(À suivre)





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire