dimanche 14 août 2011

Sur la route de Jeanne-Martine Vacher…


Lire le livre de quelqu’un dont on connaît la voix ça change tout et mieux c’est assez bouleversant. Initialement, pour raconter Janis Joplin sur France Culture (1), Jeanne-Martine Vacher a refait la route de Janis, de sa naissance à sa mort (1943-1970), du Texas à la Californie, en passant par New-York et retour à Hollywood.

De la première à la dernière ligne de son livre (2) je n’ai pu me détacher de la voix de JMV (3). Son road-movie sensible elle l’a mené avec, à la fois de la pudeur pour l’artiste révolutionnaire qu’était Janis (dans le sens où elle faisait exploser tous les tabous, les valeurs, les clichés et le machisme ambiant), et aussi avec la plus grande transparence pour chercher dans le parcours de la chanteuse les éléments disparates, enfouis, intimes qu’une collection impressionnante de gens possédait par petits bouts.
-->

En trente et un jours, ces petits bouts de la mosaïque Joplin, JMV les a rassemblés et ce, ni pour lui tresser des lauriers, ni pour la statufier, encore moins pour en figer l’image d’une beatnick absolument marginale à la vie dépravée. Juste une femme si mal dans sa peau, à l’énergie débordante et à la fureur de vivre comme à celle de… mourir. Son parcours à l’héroïne devant la mener inexorablement dans le mur. Cette héroïne-là a tué l'héroïne fragile et écorchée d'une musique résolument sauvage.

Encore mieux que dans son émission JMV peut se faire plaisir à tricoter les mots ou à les détricoter quand ils sont cachés derrière des situations inextricables. Elle fait sa pelote et elle la fait bien sans jamais manquer d’humour, de distance et de complicité. Prenez la route avec JMV et vous finirez bien, pour entrer dans l'histoire de Janis, par trouver les clefs…

(1) 28 août 1995, 22h40, Jeanne-Martine Vacher entame sur FC une série de cinq émissions consécutives, Sur la route de Janis Joplin, de 78’ chacune,
(2) Sur la route de Janis Joplin – Jeanne-Martine Vacher – Jbz & Compagnie- Sept 2010 
(3) Au micro d'Audrey Pulvar  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire