mardi 13 mars 2012

La la la la la la…


Bon, vendredi dernier je me cale sur Fip pour sa nuit Bob Dylan. Alors que le Zim enchaîne chansons connues et moins connues, voilà après une intro de violon bien identifiable, Hurricane, protest-song en faveur de Rubin "Hurricane" Carter, boxeur noir américain, accusé du meurtre de trois personnes. Du très bon Dylan engagé. Ça ne fait pas une heure que la machine est lancée, je reste en arrêt. Ce morceau qui démarre c'est un ancien indicatif de Gérard Klein (1). Voilà à nouveau les effets "ravageurs" et mémoriels des indicatifs radio ! Désolé Bob, mais là j'écoute plus Fip car ma propre machine se met en route : quelle émission, quelle année, quelle radio ? 

Bigre me voilà collé ! Je pense naturellement à France Inter (2), mais ce pourrait être Europe 1 (3) ? C'est ça la magie de la radio, un indicatif écouté pendant des mois, pour ne pas dire des années, quand il refait surface, bouleverse la mémoire et retrace le petit chemin de sa propre vie. Mes chers auditeurs il faut me sortir de l'ornière dans laquelle je me suis fourré. Je lance une bouteille à la mer, sûr que d'ondes en ondes elle finira bien par trouver un(e) passionné(e) de radio pour apaiser mon "tourment".

(1) Wigwam ! Désolé pour les aficionados du Zim, qui après pareille forfaiture pourraient me radier du club, mais je l'avoue piteusement je n'ai jamais su que cet "instrumental fredonné" était une chanson de Dylan… croyant même que c'était Klein lui-même qui chantait (il serait assez fier le gaillard de savoir ça),
(2) et ce serait une émission de 1980-1982,
(3) j'ai jamais écouté Klein sur RTL ou RMC.

2 commentaires:

  1. Désolé Fanch, mais je ne peux apaiser votre tourment (que j'espère relatif). En revanche, je veux vous remercier de m'avoir rappelé un moment où je reprenais avec Bob Dylan les seuls mots que je comprenais alors et qui ont formé mon oreille à l'anglais : "The champion of the world"... Trente-cinq ans plus tard, lire les paroles de cette longue, très longue, chanson est une découverte. Et c'est un grand plaisir de voir et d'écouter la version de concert ci-dessous où la violoniste tout de blanc vêtue, longue chevelure noire, n'est pas pour rien dans le charme fou de cette chanson : http://www.hitsdesclips.com/article-mon-ipod-1976-bob-dylan-hurricane-51900951.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Zim' a l'air "bien loin" de sa violoniste. Comme l'a dit Patrice Blanc-Francard la semaine dernière dans le Mouv'(6 mars) je n'irai pas voir Dylan en concert, mais l'écouter reste important. Je n'ai pas fait à l'époque l'effort d'écouter les paroles… La musique, le ton de Dylan et sa protestation suffisaient à mon plaisir, ce qui reste le cas aujourd'hui.

      Supprimer