jeudi 15 novembre 2012

Barnum amer…





Le cirque s'est installé hier matin. Las ! Pas le petit cirque jaune et rouge de village. Non le Big Barnum aux couleurs de Médiamétrie (1). Et chacun, professionnels de la profession, directeurs, analystes, commentateurs, animateurs et producteurs de faire son petit ou son gros numéro. De hurler sa progression (en %), de vanter ses courbes (d'audience) de s'auto-congratuler (lieux communs) et de faire coucou à l'auditeur qui n'a pas démérité pour que sa station soit sur le podium. C'est ça le cirque et c'est bien triste. 


C'est bien triste pour ceux qui font de la radio et qui ne sont pas dans le tableau. Ou plutôt que ce soit un prétexte pour les exclure ou justement montrer du doigt leur absence criante. Dans la Maison ronde de Radio France ça leur fait quoi aux équipes du Mouv' et de Fip d'entendre et de voir la pavane ? Ça leur fait quoi de ne pas entendre dire (tous médias confondus) que ces deux radios-là ont aussi des auditeurs, des fidèles, des volatiles ou même mieux des accros. S'il n'y avait pas tambourinage et exacerbation de la culture du chiffre chacun pourrait exister en étant convaincu qu'il a le (meilleur) public qu'il mérite. Mais ça ne suffirait pas aux marchands de réclame qui veulent bien payer mais pas en aveugle. Les sondages se sont affinés et la radio publique n'a pas échappé aux études des quarts d'heure, des Audiences Moyennes (AM), Cumulées (AC) et autres Durée d'Écoute par Auditeur (DEA).

Alors ça fait quoi quand on se croise dans les couloirs ? "Elle en est ! J'en suis pas, baissons la tête !". Et ça fait quoi de croiser ceux dont les émissions sont au top du top, quand vous avez l'impression tout à coup de faire une émission ultra confidentielle au point que ni votre nom, ni celui de l'émission sont connus ? C'est sûrement dommage pour cimenter un esprit de groupe (Radio France) quand l'ego est à ce point exacerbé. C'est sûrement dommage que les médias n'aillent pas voir plus loin que les sondages et nous en tartinent des tonnes sur "les premiers de la classe". C'est sûrement dommage qu'il n'y ait d'autres occasions pour faire reconnaître celles (les chaînes) dont on ne parlera pas tant qu'elles n'auront pas dépassé la barre des 1% et, de fait, pouvoir prétendre apparaître au tableau.

Alors "si vous avez encore quelque chose entre les oreilles" (2) c'est le jour pour aller prendre un p'tit (ou un grand) coup de Mouv' ou de Fip (3).

(1) Enquête Médiamétrie 126 000 Radio - L'audience de la Radio en Septembre-Octobre 2012,
(2) Pour ressortir du placard le vieux slogan de France Inter "Pour ceux qui ont quelque chose entre les oreilles",
(3) Et toutes les locales, associatives, privées et autres web-radios dont je ne parle pas faute d'écoute !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire