vendredi 8 septembre 2017

67/68 : une autre révolution culturelle… Les vacances d'été (1/43)

En partenariat avec
Ici, le vendredi, jusque fin juin 2018, en complément du feuilleton "société" publié chaque lundi, je vous raconte, quelques faits marquant de "la vie culturelle" de l'époque. À travers les livres, les films, les disques qui ont marqué la révolution culturelle qui couve. Avec des archives audio radio en exclusivité, les sources de la presse nationale et régionale, et… mes propres souvenirs.

Les vacances de Monsieur Hulot, Jacques Tati 1953



1. Les vacances d'été : mythologie moderne
"Je me souviens" - pour reprendre le titre d'un livre de Georges Perec paru en 1978 - avoir lu que, dans les années 60, à la débauche du dernier jour de travail avant les vacances, les femmes d'ouvriers de chez Renault, venaient en voiture à la porte de l'usine attendre leur mari pour partir, qui vers l'Espagne, le sud de la France ou la Normandie (1). Dans la vidéo ci-dessous vous verrez que Lino Ventura, en 1959, égrène tous les mythes qui qualifient les vacances modernes des gens simples et, de fait, de quelques artistes (2).

En cet été 67, l'insouciance voudra sans doute que m'échappe la mort le 17 juillet de John Coltrane, saxophoniste qui enchantera mes oreilles quelques années plus tard (3). Pourtant dans la légèreté de l'été, les radios (RTL, Europe n°1, France Inter et RMC) s'en donnent à cœur joie pour matraquer sur leurs antennes les tubes yé-yé (4) du moment dans lesquels s'intercalent "Mellow yellow" de Donovan ou "Ma plus belle histoire d'amour" de Barbara. Le show-bizness nous impose d'avaler les chansons originales anglaises et nord-américaines traduites et adaptées pour ces mêmes yéyé ! Quand le suprême original nous échappe, à moins de courir les disquaires qui importent cette musique-là. "The Supremes" et leur chanteuse Diana Ross enchainent les succès fabriqués par la machine à tube de Motown "Holland&Dozier(5)



Ce 23 juillet 67, à part l'incident diplomatique provoqué par De Gaulle avec son "Vive le Québec libre", la France s'est surtout focalisée sur la victoire de Roger Pingeon dans le Tour de France. Dans le journal de 19h30 de France Inter les journalistes sportifs commentent la victoire du Français. Le décès de l'anglais Simpson dans le Ventoux est déjà "loin". À Buenos Aires en mai est paru "Cent ans se solitude" de Gabriel Garcia Marquez (à paraître au Seuil le 1er novembre 1968). Pablo Neruda, poète chilien reconnaît que c'est le roman de langue espagnole le plus important depuis Don Quichotte.

En exclusivité et intégralité jusqu'au 30 septembre



(1) Martine SonnetAtelier 62, Bazas, Le Temps qu'il fait, coll. « Corps neuf », 2009,
(2) Dans ses "Mythologies" (1957) Roland Barthes évoque le Guide Bleu, bible touristique d'Hachette, et aussi le Tour de France,
(3)  "Alabama" et "Aicha" sélection de Thierry-Paul Benizeau,

(4) Le 6 juillet 1963, suite au concert gratuit à la Nation (Paris), Edgar Morin, sociologue publie un long article intitulé "Une nouvelle classe d'âge" dans lequel il invente le terme de "yéyé" à partir du "yeah" anglo-saxon martelé dans les chansons rock and roll. Essayez donc "Love is like a heat wawe" (Supremes),

(5) Label fondé à Detroit - "Motor town" - par Berry Gordy en janvier 1959.

Les vacances de Lino Ventura (1959), 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire