lundi 22 décembre 2014

Flippe pas Fip : la story…

On notera le sigle ORTF à gauche













Bon, pour une fois je vais écrire ce billet un peu dans le désordre. Après tout, vu le mouvement médiatique autour de l'annoncé tsunami de Radio France par les cartomanciennes - très anciennes de la presse - (1), pas de raison que je n'y aille pas moi aussi de mes supputations. Sauf que les miennes peuvent s'appuyer sur des années d'écoute et une certaine connaissance de la maison FIP. Oh yeah !

Comme Davidas vient de quitter Radio France à pas de velours, j'en profite pour demander à Anne Sérode, directrice de Fip, de bien vouloir remettre en ligne le feuilleton en 20 épisodes que Gilles avait produit pour les 40 ans de la chaîne. Voulue par Roland Dhordain et propulsée dans la comète par les ténors Garretto &Codou (2). Dans ce feuilleton "Vous avez loupé Marie-Martine" il y a toute la quintessence de France Inter Paris et de ce qui lui permet de se targuer être une "pépite." Au point que Mathieu Gallet, Pdg de Radio France, l'a nomme ainsi.

Si Fip est une marge, une niche, un gros câlin, une université populaire, une madeleine, une exception culturelle et la meilleure antidote à la morosité on le doit à la constance de ses directeurs successifs, au ton de ses animatrices dites aussi Fipettes, aux innovations "pincées de sucre" et à une programmation inimitable et inimitée (3)

Qui peut se permettre dans le dernier "Dites 33" d'enchaîner Diana Ross, Brassens et Patrick Juvet (4) ? Personne. Personne n'oserait. Mais quel programmateur/programmatrice dispose d'une culture au spectre musical aussi étendu et surtout de la discothèque qui va avec ? Personne non plus. Mais ça, les canards de la presse magazine ne risquent pas non plus de vous en parler. Pour deux raisons. La première, les journalistes chargés d'en parler n'écoutent pas Fip, la seconde, le spectre musical des dits-journalistes doit tourner avec une play-list de vingt titres dont dix-neuf ne passeront pas 2014. CQFD






Venons-en au fait. Annoncez que votre entreprise (publique) va accuser dans les trois ans à venir un déficit de vingt millions d'euros et la meute de la presse court aux basques du Pdg de Radio France pour lui demander les solutions qu'il va mettre en place pour "absorber" ce déficit. Le 16 décembre Mathieu Gallet répond à l'interview de Paris Match. Au cours de l'entretien il dit : "Et les deux petites [chaînes de Radio France, ndlr], Le Mouv’ comme Fip, ne représentent pas grand chose en termes de réseaux, mais elles sont utiles pour notre développement. Le Mouv’ c’est 32 fréquences, et Fip 10. Mais Fip est une pépite : il faut un an et demi pour entendre le même titre deux fois à l’antenne. Sur Paris, Fip, c’est 2,5 points d’audience alors qu’il y a 50 radios dans la capitale. Ça marche donc très bien. Mais, si nous n’avons plus d’argent, que faisons-nous ?" (5).

Dans la foulée l'Agence France Presse (AFP) reprend tout ou partie de l'entretien de Paris Match en tronquant une bonne partie des propos initiaux (6). Sauf que la directrice de Fip, Anne Sérode s'étonne puisque Gallet n'a jamais donné d'interview à l'AFP. S'étonne et dément "la fermeture de Fip" dans l'interview qu'elle a donné à "Web7radio" le 19 décembre. 



Ce n'est qu'un combat continuons le début (Coluche)
Que le personnel de Radio France et de Fip en particulier s'inquiète de l'interrogation de Gallet "Mais, si nous n’avons plus d’argent, que faisons-nous ?", rien d'anormal. Que l'AFP mette de l'huile sur le feu en ne s'intéressant qu'à une hypothétique solution radicale est désastreux et confirme la dérive d'une presse qui aime devancer voire provoquer l'événement. Que les auditeurs se mobilisent immédiatement rien de plus normal aussi (7). Attention on ne touche pas à une pépite, les auditeurs y tiennent comme à la prunelle de leurs… oreilles (8). Mathieu Gallet et Anne Sérode devront absolument en tenir compte.

Tout le monde est sur le pont et on guette. Je ferai un seul reproche à Fip. Ça me coûte une fortune ! Rien que samedi j'ai acheté six titres suite à l'écoute assidue du "Dites 33" évoqué ci-dessus. Plus, la semaine dernière, l'album d'Amansara "Chancha via Circuito". C'est insupportable (lol). Avec une playlist de 35 000 titres par an et 22 000 nouveautés je vais y laisser toutes mes économies. Je résiste, j'essaye de ne pas écouter mais j'y retourne souvent, toujours béat sur les enchaînements et la science des programmateurs. Faudrait leur élever un monument (Valley). Et pas question de ne pas être fidèle à cette petite qui a tout d'une grande. E la nave va…
(À suivre… de près)

Ajout du 2 mars 2015
• Une pétition à adresser à Fleur Pellerin,
• La page Facebook de Fip Toujours, (Twitter @FipToujours)
• Le compte Twitter de @fip514

Merci à Thomas Hercouët de nous proposer les points de vue de ceux qui font Fip…


(1) qui-ne-s'intéressent-jamais-à-la-radio-que-lorsqu'-il-faut-gloser-sur-audience-marketing-finance-pipole-tagada-et-tagada-tsoin-tsoin,
(2) Vous disposez ci-dessous de tous les liens qui racontent cette story,
(3) Playlist "top of the pop",
(4) Et le "mix" par S.Moss de : Supertramp "Gone Hollywood" à "Instant karma" de John Lennon en passant par William Sheller et Ella Fitzgerald (Goin' Out of my head) aura "permis" à Luc Frelon de supporter Supertramp qu'il abhorre,
(5) Paris-Match, 16 décembre 2014, 
(6) Repris par France 24,
(7) " menacée de disparition? Les auditeurs répondent: !" soit la création d'un compte Twitter dédié,
(8) En 2000 déjà pour les fréquences Fip de Lille, de Lyon et de Marseille une mobilisation d'auditeurs s'était engagée.









Les liens vers les billets précédents











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire