mardi 20 décembre 2011

Ina… tendu

Des mots…

J'aurais aimé vous parler dès samedi de l'émission de Pivot "La radio, la télévision et le pouvoir" (1) mais encore eut-il fallu qu'ayant acheté la vidéo vendredi soir je puisse la lire en suivant mon achat. Ce fût impossible. Mon compte bancaire fût bien débité mais quant à ce que le téléchargement arrive jusque sur mon "bureau" ce fût une autre paire de manche. Après une heure et demie de bidouillage j'ai abandonné et dû attendre hier après-midi pour qu'une opératrice de l'Ina me donne la marche à suivre. On croit rêver ! Il faut ajouter un "clic droit" en cliquant sur l'onglet "Télécharger" ! Ben voyons, mais c'est écrit où cette manip' ? Vivement qu'iTunes prenne en charge la vente en ligne des archives de l'Ina ! Quel désastre ! Quel médiocrité ! L'Ina n'est donc pas foutu capable de programmer un site marchand et de lui donner une configuration simple, efficace et performante ? Plutôt que de mettre des "boutons" partout, des images et des accroches marketing, l'Ina pourrait peut-être aller voir du côté de la sobriété et de l'opérationnalité ? Et donner envie d'accéder simplement aux archives qu'il est censé vendre à la mode Internet pas à celle des camelots de foire !

Donc j'ai visionné hier soir l'émission consacré à l'audiovisuel. Un bijou d'anthologie ! Les cadors qui interviennent - Siegel, Sallebert, Salinger - se confrontent à un apparatchik communiste, l'écrivaine Edmonde Charles-Roux et le ministre de l'information André Rossi (2). Ces deux derniers invités "particuliers" venant aussi débattre qui, de la garantie que le pouvoir n'intervient plus dans l'audiovisuel (3) l'autre préfigurant une Haute Autorité chargée de "surveiller" les équilibres politiques à la Télévision (4).

Comme souvent avec Pivot on parle "autour des livres" et ce qu'a dit Siegel est formidable pour comprendre la radio privée au début du septennat de Giscard, là en ce qui concerne Europe 1, tenue en laisse par la Sofirad (5) qui a mis un "brin" d'État dans une société d'information privée. Je lis le livre de Siegel et vous en reparle. Quant à vous conseiller d'acheter la vidéo…

(1) Apostrophe, octobre 1974
(2) Porte parole du gouvernement,
(3) éclatement de l'Ortf et création de Radio France,
(4) initié par les socialistes et François Mitterand,
(5) Société Financière de Radiodiffusion, cette holding permet à l'État de participer au capital (et de contrôler capitalistiquement) les principales stations périphériques : RMC, Europe 1 (en 1949), Sud Radio et Radio Andorre (en 1961) (source Wikipédia).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire