samedi 29 octobre 2011

Radio 1.0 vs Radio et nouveaux médias…

Logo de la FNAR



Dans le billet précédent les liens vous ont permis d'appréhender les prospectives et perspectives de la radio 2.0. J'ai particulièrement retenu que les possibilités de "cette" radio ne concernent pas que l'image mais une "offre de service". Non seulement "les paroles ne s'envoleront plus", exit la temporalité, mais la radio deviendra un média global et intègrera autour d'une émission les interactions avec d'autres médias. "Le lien social avec l'émission" sera beaucoup plus perceptible" pronostique Olivier Landau (1). Diantre, voilà que tout d'un coup nous revient en mémoire le lien social des "Culture Matin", "Pot au feu", et autres "Travaux publics" (2) qui voulaient mêler émission et public d'auditeurs en chair et en os !

La radio 2.0 ne risque pas de remplacer tout de suite l'analogique mais "les données analogiques prenant trop de place (la radio analogique) finira par disparaître…" (1). Conséquence logique une nouvelle "écriture radio" va se substituer à la précédente. Heureusement qu'il faut entendre écriture au sens large car d'ores et déjà aujourd'hui certaines émissions ne sont plus "écrites" du tout. 

Demain "les métadonnées (3) associées à une émission de radio, vont apparaître sur un autre terminal, un autre écran que celui qui diffuse l'émission de radio, un smartphone, une tablette,… Et l'appareil radio tel qu'on le connaît en tant que tel restera mais sera combiné avec d'autres outils. "(4) Puig, poursuit en imaginant que la radio associera "le web de la contribution (Youtube), le web collaboration (écrire ensemble une histoire, cf Wikipédia), le web de la conversation (modèle facebook de "chat audio") comme un salon de conversation autour de la radio…".

Et si la prédiction : "L'audio et la radio sont l'avant garde de ce qui va se passer dans les médias… et la radio petit à petit va pénétrer tous les autres médias" (1), est juste, elle va drôlement stimuler Joël Ronez, directeur des nouveaux médias à Radio France (5). Et sans doute toute la chaîne de fabrication de la radio ?

En effet, la grande aventure de demain tiendra au fait que "la radio ne sera plus un média éphémère et où la transformation de la temporalité transformera l'écriture de la radio. La radio sortie de son cadre temporel habituel, par exemple réécouter une émission, crée alors des pratiques qui vont s'éloigner du modèle de la radio en temps réel. Le fait de quitter une grille temporelle permettra de reconstituer des espaces critiques où les auditeurs pourront revenir sur les émissions, émissions segmentées et même délinéarisées (4)".

Pour Olivier Landau la plus grande innovation de la radio 2.0 sera : "la transformation du lien social et la transformation de la relation auditeur/émetteur". Quel avenir !

"Radio 1.0" : radio analogique (clin d'œil à la radio 2.0)

(1) Olivier Landau, responsable de la stratégie et de l’anticipation à Sofrecom,
(2) Trois émissions de France Culture, 1984-2008, qui se déplaçaient dans des cafés "Le Cluny", Le bouillon racine" et El Sur" , trois cafés parisiens mais aussi dans d'autres lieux publics en France,
(3) principe de l'index enrichi dans un livre 
(4) Vincent Puig, responsable de l’IRI, Institut de recherche et d’Innovation,
(5) alors qu'est annoncé, dès le 1er novembre, un blog Radio France dédié à ces nouveaux médias,

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire