dimanche 26 février 2017

Manège d'été à France Musique… (26/35)















Pendant deux mois, cet été 2016, Laurent Valero et Thierry Jousse, séparément, nous ont offert deux heures quotidiennes de petits bijoux musicaux. Deux heures, de dix-huit à vingt heures, qui passent, fuient et puis, le vingt-six août c'est fini. Mais c'est quand même pas possible de laisser s'envoler une telle richesse dans l'éphémère. Alors, comme je l'ai fait moi-même (souvent l'émission à peine finie) je vous propose de réécouter chaque dimanche (idéal) un épisode de leur saga d'été. Juste avant de les retrouver ensemble à 18h, ce dimanche sur France Musique pour le nouvel "Easy tempo". 

Mercredi 17 août. Le "Jour de groove" (est arrivé). Et ça commence par taquiner au creux de l'épine dorsale. Ça remue soul. "
Papa’s Got a Brand New Bag" (James Brown) par Willie Mitchell. Et Brown de poursuivre à chauffer l'ambiance comme un cador qu'il est : Lou Donaldson, interprète au sax' "Say it Loud ! I’m Black & I’m Proud" (J. Brown/P. Ellis). C'est jazz et funky (manquent les paroles !). 

Ça y est on grimpe aux rideaux : "Everyday People" par The Watts 103rd Street Rhythm Band (rien moins) et heureusement que, pour ne pas faire tomber la pression, quelques cœurs viennent ajouter au funk de Gene Harris qui propulse "Don’t Call me Nigger Whitey". Ça continue avec les Graham Central Station qui reprennent le "It Ain’t no Fun to me" d'Al Green. Ils déménagent les garçons. Jousse sait installer le tempo et l'ambiance. On l'imagine ado faisant le D.J. pour des boums torrides avec, au hasard, le "Whiter shade of pale" de Procol Harum.

Pour "By the Time I Get to Phoenix" (Jimmy Webb) par Dicky Oliver, il manque vraiment les paroles ! La preuve, "Light my Fire ", la reprise des Doors par The Watts 103rd Street Rhythm Band (encore eux) donne tout son sel (ou son poivre) à ce morceau "réinterprétéfunky. Quant à ce qui suivra, quand j'entends "Spinning wheel" de Blood, Sweet and Tears, je me souviens ému que ce groupe, au début des 70' cohabitait avec Santana, Who, Joplin, Jethro Tull, Canned heat et tutti…

Ayé, on va pouvoir claquer des doigts et se trémousser sur "Tighten up" par Archie Bell & the Drells. Et mieux encore avec Earth Wind and Fire et son "Bad Tune". Si je prends la peine de détailler la programmation c'est pour qu'on puisse, d'un seul coup d'œil, apprécier le champ immense ouvert par Jousse qui, com' d'hab', pousse loin ses investigations. Ramsey Lewis avec "Sun Goddess" (8'25") dégèlerait une compagnie de pingouins enkystée sur la banquise. L'éclectisme même de cette émission n'ayant pas omis de flirter avec Steevie Wonder et son "Superstition" interprété ici par Melvin van Peebles. 

On est presque aux anges ! Manquait plus que Billy Paul qui en appelle à "Me and Mrs Jones". Moment propice pour attaquer une boisson légèrement pimentée avec un peu de glace, rafraîchissement qui aurait le mérite de faire baisser la température de corps lascifs pénétrés de mouvements ondulatoires, proches de l'extase. J'espère, mes chers auditeurs, que vous apprécierez cette description onirique, provoquée par la diffusion pertinente de good vibrations dignes des Beach Boys. Amen !

Après viendront Ebo Taylor et Pat Thomas et "Sack the devils" de quoi tenter les diables…

N.B. : De façon temporaire, le nouveau site de France Musique ne permet plus l'export du player, donc il vous faudra aller là pour écouter l'émission du 17 août.

Et today sur France Musique, retrouvez les compères à 18h 
 pour un Easy tempo "Autour de Paul Simon 1/2"

* Générique Ennio Morricone avec la voix d’Edda dell’Orso 
Une Voce allo Specchio, extrait de la BO de La Stagione dei Sensi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire