lundi 4 mai 2020

Inter au plus des cieux…

Il y a quelques jours, le 29 avril précisément, Madame Bloch, directrice de France Inter, publiait sur son fil Twitter un tableau éloquent où, par millions, les choux, les raves et les navets… ! Qui ça intéresse ces chiffres qui succèdent à d'autres chiffres, qui eux mêmes en suivaient d'autres ! Toujours plus, toujours mieux ! Toujours in (comme dirait Frédéric Martel sur France Culture qui cause angliche en tout' occas')… À qui peut bien servir cette communication total marketing ? Aux auditeurs ? Aux tutelles ? Aux annonceurs ? À la présidence de Radio France ? À son ego ? Tentative de réponses circonstanciées…

Désolé, la conversion image a échoué












Quel auditeur croisant son voisin de palier, de bureau ou de résidence éructerait-il "T'as su que France Inter a atteint le miyard ?" L'autre "Le miyard de quoi ?" "Ben, d'écoutes en lignes, pov' pom', cumulées avec les fréquences cognitives des enceintes connectées, c'te blague ?" L'autre "J'en parlerai à mon c'h'val !". Superfétatoire. Prétentieux. Inutile. Donc pour le twittus vulgarus ça sert à rien d'essayer de lui faire croire qu'il fait partie d'une communauté trop-d'la-boule-qu'-on-est-numéro-1-au-top-50 ! Dépit. Rideau.

Aux tutelles ? Mais vous savez, c'est qu'elles croulent sous les chiffres les tutelles ! Ceux de la Présidence de Radio France, de la Direction de la Communication, de la Direction du Numérique (divin, forcément divin le numérique), du Service de presse de la chaîne, des re-tweets des collègues directeurs et directrices de la Directrice. Et je ne compte pas la bouchère, le crémier, le coiffeur et + si affinités ! Alors les tutelles y'a que les chiffres en moins qui les intéressent. Moins de zéros au budget de Radio France, moins de personnel, moins de moyens techniques (investissements), moins de tout. Suffisent juste quelques figures pour parader dans Elle.

Aux annonceurs ? Eux la roucoule ils connaissent par cœur. Biberonnés par le mage Séguela, celui qui à 50 ans roulait (encore) en Solex, ils rient sous cape. Quant à la Présidence de Radio France elle vit environnée de compteurs qui, comme autrefois les horloges dans les salles de rédac', diffusent en temps réel les chiffres de l'hertzien, du podcast, du moindre tweet, de FB, d'Insta. Ça fait lurette que les compteurs ont remplacé les conteurs de France Inter… La bonne formule est Je compte sur toi, je compte sur vous !


Jean Yanne, à gauche "Quand j'entends le mot culture
je sors mon transistor…" (à droite J.Martin)
















Et puis, demain mardi, "Une journée manifeste sur France Inter"… Oh la la, c'est du sérieux là, ça va manifester pour la… Culture ? Avec un grand C. Alors Macron toute la journée ? Macron ? Ben oui il doit pas intervenir pour indiquer comment l'État va soutenir la Culture ? Ah mais ça n'a rien à voir ! Ah bon ? C'est juste un concours de circonstance ! Alors disons que Sire Constance fait bien les choses, hein ? Ouais et y'aura plein d'artisses qui viendront témoigner toute la journée à l'antenne. Et des intermittents aussi ? Des inter quoi ?

Alors si dans quelques semaines l'État post Covid-19 s'interrogeait sur le nombre de chaînes à garder pour le service public audiovisuel, France Inter n'aura pas à rougir (sic) de tous les efforts accomplis pour mériter le titre de radio d'État. Et France Culture ? Ah ben oui c'est vrai ils font dans la Culture eux aussi. Avec ce coup-là ils risquent d'être inter… dits ! Interdits ? Oui, stupéfaits quoi, abasourdis, circonspects !…
(À suivre)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire