lundi 23 janvier 2017

Europe1… le début de la fin ?





















L'affaire est entendue Europe 1 est dans les choux... La station de la rue François 1er (Paris) a eu beau fêter ses soixante ans en février 2016, le bateau coule… et la croisière ne s'amuse plus ! Comment la radio de Sylvain Floirat, Maurice Siegel, Jean Gorini, Lucien Morisse a pu en arriver là (1) ? Comment celle de Biraud, Bellemare, Yanne, des frères Rouland, de Coluche, Paoli, Levaï, Arnaud, Lancelot, Jouffa, Ténot, Filipacchi, Bonte, Alfonsi a pu sombrer dans une telle bérézina (2) ? 

Si c'est ce que Denis Olivennes (3) se demande tous les jours en se rasant, jeudi 19 janvier dernier il a du tomber de l'armoire. En effet après la petite "messe" que la direction dit et redit après chaque vague de sondages "Médiamétrie" de nombreux personnels de la chaîne -journalistes, animateurs, techniciens, administratifs - ont présenté une motion qui a laissé pantois Olivennes, Lenormand et Namias (4).


"Qu'elles soient à la rédaction, aux programmes, au web, à la technique, à la pub ou dans les services transverses, ces équipes étaient déjà là il y a 5 ans, à l'époque où Europe 1 attirait 1 million d'auditeurs de plus qu'aujourd'hui. Tout au long de ces années, elles n'ont ménagé ni leur temps ni leur peine pour faire cette antenne qui leur tient à coeur." L'état d'urgence est déclaré sans qu'une motion de défiance ne soit votée. Si la confiance est entamée elle n'a pas complètement disparue comme me le confirmera ce journaliste qui a souhaité garder l'anonymat.

Dans la tourmente, l'"alignement favorable de trois planètes" pourrait débloquer une situation désespérante. Les mauvais sondages, la proximité de la prochaine élection présidentielle et l'image d'une radio qui a toujours été en pointe sur l'actualité politique, pourraient inciter l'actionnaire Lagardère, Olivennes le directeur de Lagardère Active qui coiffe Europe 1 et Lenormand le directeur de la chaîne, à provoquer l'état de choc salutaire à la station, attendu depuis le départ de Ruquier en 2014. Renouer avec des programmes originaux, casser des rythmes établis, renouer avec la musique et l'humour d'une autre façon que ce qui se joue dans la concurrence : RTL, France Inter, et RMC qui, goguenard vient de s'installer ex-aequo avec Europe 1 qui la regardait de si haut.

Le message des salariés est clair : "Les salariés d'Europe 1 ne se reconnaissent pas dans la série de changements malencontreux intervenus sur l'antenne depuis le départ de Laurent Ruquier. Aussi bien dans les tranches de programmes que dans les tranches d'info. Annoncé par l'intéressé six mois à l'avance, ce départ aurait dû conduire la direction à s'interroger sur l'identité d'Europe 1, son positionnement, sa cible, la forme de sa relation avec ses auditeurs. Et à associer tous les métiers de l'entreprise à cette réflexion. Elle ne l'a pas fait, préférant recourir à des solutions faciles, coûteuses et, au final, à côté de la plaque."

Reste la météorite Bolloré, dont les spécialistes annoncent l'approche et la collision probable avec  Europe 1, même si sa trajectoire n'est pas absolument établie. Pendant ce temps, sur son nuage, dieu Elkabbach, conseillant de la main gauche Lagardère et de la droite Bolloré, pourrait, magnanime, de sa surpuissance et d'un seul geste de la main éviter le chaos. 

Mais ce dieu, si puissant soit-il, pourra-t-il ignorer cet ultimatum qui conclue la motion :
""L'engagement sans faille" que Denis Olivennes et Richard Lenormand attendent de tous les collaborateurs d'Europe 1 ne sera pas au rendez-vous sans un signal fort et rapide. Un signal sur deux plans : 1. Retour à un management qui respecte le savoir-faire des équipes et qui les associe à toutes les étapes de la reconquête. 2. Titularisation de tous les salariés indûment employés en contrats précaires."

On regrette tout d'un coup, Madame Soleil, qui fit les belles heures de l'astrologie à Europe n°1 (5).










(1) Respectivement, propriétaire de la chaine avant de la céder à Jean-Luc Lagardère, directeur de l'information puis directeur de la station, adjoint de Siegel, directeur artistique… 
(2) Liste bien incomplète et non exhaustive de ceux qui ont participé à l'image de marque de la radio…
(3) Président de Lagardère Active, 

(4) Directeur de la station, ex-directeur de la chaine, directeur de l'information animateur de l'interview de 8h20 en remplacement de Jean-Pierre Elkabbach ,

(5) Germaine Soleil, 1913-1996, animatrice de 1970 à 1993,

Aucun commentaire:

Publier un commentaire