vendredi 6 octobre 2017

67/68 : une autre révolution culturelle… Woody Guthrie (5/43)

En partenariat avec
Ici, le vendredi, jusque fin juin 2018, en complément du feuilleton "société" publié chaque lundi, je vous raconte, quelques faits marquant de "la vie culturelle" de l'époque. À travers les livres, les films, les disques qui ont marqué la révolution culturelle qui couve. Avec des archives audio radio en exclusivité, les sources de la presse nationale et régionale, et… mes propres souvenirs.

Woody Guthrie, 1912-1967

5. Cette machine tue les fascistes…
Pas sûr que Jacques Vassal, journaliste, spécialiste de musiques folk et populaire, ait en novembre 1967, dans Rock and Folk (1), écrit un papier sur le hobo solaire, merveilleux folk-singer américain de la première moitié du vingtième siècle qui, sur sa guitare, avait collé son credo "This machine kills fascists". Woody avait choisi son camp. Celui des déshérités, déplacés, exclus et autres abandonnés sur le bord de la route. Comme ceux décrit dans le livre de Steinbeck "Les raisins de la colère" et dans le film éponyme de John Ford (1940). La famille de Tom Joad (2) est contrainte de quitter l'Oklaoma (État d'où est originaire Guthrie) pour émigrer vers la Californie et tenter de retrouver travail et dignité.

Guthrie a écrit deux livres (3) qui racontent son parcours et ses engagements clairs contre la machine à broyer capitaliste. Dylan fera sa rencontre quelques semaines avant sa mort le 3 octobre 1967. On découvrira son fils, Arlo, dans le film du festival de Woodstock (août 1969) débarquant en hélicoptère (les routes sont bloquées) pour chanter "Coming into Los Angeles"… (4) Le 22 septembre 2000, "Surpris par… la nuit" d'Alain Veinstein sur France Culture, consacrait son émission au folksinger : "Le Protest Song : la révolte en chantant, de Woody Guthrie à Bob Dylan". Je guette quelle chaîne du service public rendra, ces jours-ci, hommage à Woody ?



(1) N°12 de novembre 1967. Je dis "pas sûr parce que, pour l'instant, je n'ai ni trouvé le sommaire de ce numéro, ni le n° ! Ce mensuel qui, en novembre 67, fête sa première année d'existence a été fondé par Philippe Koechlin (1938-1996). Son titre Rock&Folk donnait la garantie de rapprocher les aficionados de l'une et l'autre musique ou de les diviser à jamais et de les inciter à acheter… "Best",
(2) Bruce Springsteen en a fait une chanson, "The ghost of Tom Joad". Si vous aimez ce chanteur cette "Grande Traversée" de Judith Perrignon où il sera question de Tom Joad vous passionnera,

Réédition de 2012

(3) Ces deux livres ont été traduits par Vassal. Woodie Guthrie, En route pour la gloire : autobiographie, Albin Michel, 1973. Woodie GuthrieCette machine tue les fascistesAlbin Michel, 1978. "En route pour la gloire" a donné lieu à un film américain réalisé par Hal Ashby, sorti en 1976 et interprété dans le rôle de Guthrie par David Carradine (la ressemblance n'était pas frappante),

(4) J'ai choisi cette vidéo car on y voit Arlo à son arrivée à Woodstock, ensuite il y a d'autres extraits du festival. Août 69 : le mouvement hippie est presque mort. Le concert des Rolling Stones à Altamont (Californie) et le meurtre de Mérédith Hunter, fermera violemment la page de l'utopie du flower power.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire