vendredi 20 octobre 2017

67/68 : une autre révolution culturelle… Visconti/Melville (7/43)

En partenariat avec
Ici, le vendredi, jusque fin juin 2018, en complément du feuilleton "société" publié chaque lundi, je vous raconte, quelques faits marquant de "la vie culturelle" de l'époque. À travers les livres, les films, les disques qui ont marqué la révolution culturelle qui couve. Avec des archives audio radio en exclusivité, les sources de la presse nationale et régionale, et… mes propres souvenirs.



7. Le masque et la plume, grande époque : Bastide, Polac, Charensol, Bory…
Voilà une bonne occasion d'évoquer une très grande émission de radio (1) qui a fait les très belles heures de la radio publique et quelques dimanches soirs savoureux. Je ne parle pas de l'époque moderne - depuis 1989 - qui fait tout son possible pour imiter (mal) l'émission originale et dont le titre suffit à faire glousser directeurs de programmes, directeurs de chaîne, Pdg… Comme s'il suffisait d'un titre pour garantir la qualité d'une émission. La bonne blague ! L'auditeur averti ne marche pas dans cette combine. Quant à la tarte à la crème des émissions "patrimoniales" - à géométrie variable, forcément variable - laissons ça aux manageurs de moins de 50 ans !

J'ai vu de nombreux Visconti mais pas l'Étranger. La critique est sévère et plusieurs avis semblent concordants. Tant qu'à faire d'écouter ce "Masque" on se réjouira d'entendre les avis sur "La marseillaise" de Renoir (3). Vous vous régalerez sûrement, si vous avez aimé le Samouraï de Melville, des avis éclairés des critiques et des nuances de Charensol qui classe le film en série B, Bory le classant en A ! Bory et le brio de son analyse qui soulignent que tout est dans le titre du film et qui le décrypte !

Le Masque et la plume du 5 novembre 1967, intégrale et exclu jusqu'au 31 octobre,



7.1. Arthur Penn, l'Amérique à contre courant,
En revisitant les films d'Arthur Penn, - Le gaucher, La poursuite impitoyable, Little big man,… - Michel Cazenave (producteur à France Culture) et Jacques Siclier (journaliste au Monde) donnent un éclairage sur l'Amérique des années 30 aux années 60. Bonnie & Clyde, réalisé en 1967 montre le contrepoint de l"American way of life" et, comme dans beaucoup de films de Penn, montre la place de la violence qui continue à faire le quotidien des sociétés modernes. Cazenave téléscope l'histoire du clan Barrow avec celle des "Raisins de la colère" de Steinbeck, et comment la jeunesse (et celle jouée par Bonnie et Clyde) ne supporte pas l'injustice et la misère. Comment aussi la propriété, valeur cardinale des États-Unis d'Amérique, commence à tourner dans les esprits en "La propriété c'est le vol". Cette maxime de Proudhon (philosophe et sociologue français, 1809-1865) agitera aussi les étudiants du quartier latin en mai 1968 (4).

Mardis du cinéma, 10 juin 1986, France Culture, intégrale et exclu jusqu'au 31 octobre,



Lucino Visconti à la sortie de l'Étranger, 21 octobre 1967 (JT, 20h)



(1) Émission créée en 1955 par Michel Polac et François-Régis Bastide sur Paris-Inter et à partir de 1963 sur France-Inter,
(2) Qui correspond au départ de Pierre Bouteiller qui animait cette émission, jusqu'à ce qu'il soit nommé directeur de France Inter,
(3) Qui participait à l'émission le 22 octobre 1967. Film de 1938 avec, entre autres, Louis Jouvet,
(4) En fin d'émission analyse du film "Georgia" qui revient sur les 60' aux E.U..

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire